Aux États-Unis, la Federal Aviation Administration (FAA), agence chargée de réguler le domaine de l’aviation civile dans le pays, vient de donner son autorisation à l’entreprise American Robotics de faire voler ses drones sans un observateur ou un pilote à proximité de l’appareil. Si un humain doit quand même participer, de loin, au vol, il s’agit d’une étape importante dans la démocratisation des drones outre-Atlantique.

Les appareils de l’entreprise, baptisés Scout, pèsent moins de 10 kilos et se déplacent grâce à des programmes de vol prédéterminés. Ils disposent en outre d’une technologie acoustique leur permettant de détecter n’importe quel objet se trouvant à proximité. Selon l’accord fourni par la FAA, ils vont pouvoir opérer dans des zones rurales situées dans les États du Nevada, du Kansas et du Massachusetts. Ne pouvant pas dépasser les 120 mètres d’altitude, ils vont capturer des images et des données afin que les chercheurs et les agriculteurs puissent suivre avec précision l’évolution des cultures et des récoltes.

Un opérateur sera chargé de surveiller le vol des appareils qui sont entièrement autonomes, mais ce qui change, c’est qu’il pourra le faire depuis des milliers de kilomètres, et pas sur le site même du vol. Son rôle est d’interrompre le vol ou de reprendre la main sur l’appareil en cas de problème. Jusqu’alors, un employé devait obligatoirement réaliser des vérifications sur place avant que l’appareil ne parte en mission.

Lorsqu’ils sera davantage utilisé, ce type d’appareils mènera à « des gains d'efficacité pour de nombreux secteurs qui alimentent notre économie, tels que l'agriculture, l'exploitation minière, les transports », explique la FAA. Pour obtenir l'approbation de l’agence fédérale, American Robotics a effectué des tests dans huit États différents sur quatre années.

Il est important de noter que les drones Scout sont destinés aux entreprises souhaitant inspecter leurs propriétés de manière aérienne. Les appareils de livraison, notamment ceux d’Amazon ou de Wing, filiale de Google, doivent obtenir une approbation différente de la part de la FAA, rapporte The Verge. Néanmoins, ce nouvel accord devrait rapidement mener vers davantage de possibilités d'essais à grande échelle, ainsi que vers de nouveaux marchés commerciaux en plein essor dans le secteur des drones.