Douyin, la version chinoise de l'application TikTok, suit le chemin tracé par les géants Tencent avec WeChat Pay et Alibaba avec Alipay en lançant son propre e-wallet (ou portefeuille numérique). Baptisé Douyin Pay, celui-ci est d'ores et déjà intégré aux options de paiement existantes au sein du réseau social appartenant à ByteDance, rapporte TechCrunch.

Une suite logique pour les ambitions de Douyin dans l'eCommerce

En 2020 et sous l'influence de la crise sanitaire, l'eCommerce a connu une accélération de croissance sans précédent. Si les réseaux sociaux avaient déjà compris son importance avant l'arrivée du coronavirus, leur motivation à rapidement créer des fonctionnalités favorisant les achats depuis leur plateforme a grandi au même rythme que les besoins des utilisateurs.

C'est pourquoi, ces derniers mois, les plateformes sociales ont multiplié les efforts allant dans ce sens. À titre d'exemple, on retiendra Pinterest qui a ajouté un onglet d'achat aux résultats de son outil de recherche visuelle ou encore Instagram qui a lancé sa fonctionnalité shopping sur IGTV, mais aussi sur Reels.

Sans surprise, TikTok (et plus particulièrement sa version chinoise baptisée Douyin) n'a pas échappé à la règle en offrant à ses utilisateurs la possibilité d'acheter des produits directement depuis l'application. Une fonctionnalité d'ailleurs utilisée par Walmart durant son événement shopping en live sur TikTok. Ne s'arrêtant pas en si bon chemin, l'application appartenant à ByteDance va encore plus loin en lançant son propre service de paiement en Chine.

Baptisé Douyin Pay, celui-ci vise à "compléter les principales options de paiement existantes et, à terme, à améliorer l'expérience utilisateur sur Douyin" a déclaré un porte-parole du réseau social. Dans les faits, il vise également à concurrencer les deux géants du domaine dans l'Empire du Milieu, qui ne sont autre qu'AliPay et WeChat Pay. Appartenant respectivement à Alibaba et Tencent, ils gèrent à eux seuls 90 % des paiements électroniques en Chine.

La fintech sous le microscope du gouvernement chinois

Pour ByteDance, le lancement de Douyin Pay était incontournable et devait finir par arriver tôt ou tard. Pourtant, le timing choisi semble particulièrement laborieux. Depuis la fin 2020, les fintechs sont dans le viseur de la banque centrale chinoise et les recours à l'encontre des géants de ce secteur ne cessent de se multiplier. Ant Group, par exemple, a été sommé de revoir ses services financiers et a même dû se contraindre à en retirer certains afin de se conformer aux nouvelles réglementations imposées.

Pour cause, la Chine se montre de plus en plus méfiante face à la croissance rapide de ces acteurs. Lors du forum sur les fintechs qui s'est déroulé au début du mois de décembre 2020, Guo Shuqing, président de la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances (CBIRC), expliquait : « Face à la croissance rapide des fintechs, nous adopterons une approche positive et prudente. Nous encouragerons l’innovation tout en renforçant le contrôle des risques, afin de répondre aux nouveaux problèmes et aux défis ».

Alors que ses concurrents historiques sont plus que jamais scrutés au microscope, Douyin Pay pourrait bien profiter de leurs difficultés pour se frayer plus facilement un chemin vers le succès. Au contraire, il pourrait tout aussi bien se heurter aux mêmes problèmes et connaître un lancement particulièrement difficile. Un choix stratégique à double tranchant que ByteDance semble tout à fait prêt à assumer, pour le meilleur et pour le pire.