C'est dans un billet de blog qu'Intel a annoncé la démission de celui qui a été son PDG durant deux ans, Bob Swan. Dès le 15 février 2021, l'homme quittera ses fonctions au profit de Pat Gelsinger, actuel PDG de VMWare et figure historique du fabricant américain.

Bob Swan quitte son poste de PDG

Bob Swan est arrivé à la tête d'Intel en 2018, en tant que PDG intérimaire suite au départ de Brian Krzanich. Ce sera finalement au mois de janvier 2019 que sa nomination sera rendue permanente. Deux ans seulement après avoir officiellement pris ses fonctions, Bob Swan a annoncé sa démission. Dans le communiqué publié par Intel, l'homme explique :

"Mon objectif au cours des deux dernières années a été de positionner Intel pour une nouvelle ère de l’intelligence distribuée, d'améliorer notre franchise CPU et d’étendre notre portée pour accélérer notre croissance. Avec des progrès significatifs réalisés dans l’ensemble de ces priorités, il est maintenant venu le bon moment pour effectuer la transition vers le prochain leader d’Intel." 

Si Bob Swan ne détaille pas les raisons de son départ, nos confrères du Wall Street Journal affirment que sa démission aurait été impulsée par le fonds spéculatif militant Third Point LLC. En effet, au mois de décembre 2020, son PDG aurait adressé une lettre à Omar Ishrak, président du conseil d'administration d'Intel, dans laquelle il affirmait que les "difficultés de la société pourraient saper l'industrie technologie américaine". Il exhortait alors le fabricant à envisager des alternatives, parmi lesquelles la vente de certaines de ses acquisitions et la division de ses opérations de conception et de fabrication.

Intel en proie à des difficultés ?

Malgré des bilans financiers positifs, Intel se trouve aujourd'hui dans une position délicate. Il faut dire que le secteur connaît une phase de transformation aussi rapide que radicale. D'abord, Apple a fait le choix de commencer à développer ses propres processeurs Mac, s'éloignant ainsi de ceux d'Intel. En parallèle, Arm s'est également lancé dans le marché des PC, au moment même où Nvidia cherche à racheter l'entreprise pour 40 milliards de dollars. Sans compter sur AMD qui a refait surface sur le marché des puces x86, soit le coeur d'activité d'Intel.

Une concurrence extrêmement forte sur laquelle Intel a pris du retard, notamment en ce qui concerne la taille de ses puces électroniques. Les 14 nanomètres sont arrivées trois ans plus tard que prévu, et les 7nm souffrent déjà d'un retard de six mois. Se mêlent à cette situation déjà complexe la pandémie de Covid-19 qui a fragilisé les chaînes d'approvisionnement et la guerre commerciale qui fait rage entre la Chine et les États-Unis.

Pat Gelsinger prendra le relai dès le 15 février prochain

C'est dans ce contexte particulièrement délicat que Pat Gelsinger arrivera à la tête d'Intel le 15 février prochain. S'il sera rapidement confronté à des défis de taille, l'homme pourra compter sur sa forte expérience au sein de l'entreprise pour les relever. En effet, avant d'être nommé PDG de VMWare, il a travaillé durant 30 ans chez Intel. Ingénieur de formation, il en était devenu le premier directeur de la technologie, et avait mené la plus grande unité commerciale de l'entreprise.

Sa nomination était donc un choix évident pour Intel, comme l'affirme Omar Ishrak : "Le conseil d'administration est convaincu que Pat, avec le reste de l'équipe de direction, assurera une exécution solide de la stratégie d'Intel pour renforcer son leadership en matière de produits et tirer parti des importantes opportunités qui se présentent à elle alors qu'elle continue à se transformer d'une société de CPU en une société de XPU à architecture multiple".

Un choix également approuvé par Bob Swan : "Je soutiens pleinement le choix de Pat par le conseil d'administration et je suis convaincu que, sous sa direction et celle du reste de l'équipe de direction, Intel continuera à être l'une des entreprises technologiques les plus influentes du monde".

Enfin, Pat Gelsinger s'est également montré enthousiaste quant à la prise de ses nouvelles fonctions : "Je suis ravi de rejoindre et de faire avancer Intel en ce moment important pour l'entreprise, notre industrie et notre nation(...). C'est un privilège et un honneur pour moi de revenir dans cette fonction de direction. J'ai beaucoup d'estime pour la riche histoire de l'entreprise et les technologies puissantes qui ont créé l'infrastructure numérique mondiale. Je crois qu'Intel a un potentiel significatif pour continuer à remodeler l'avenir de la technologie et je suis impatient de travailler avec l'équipe mondiale incroyablement talentueuse d'Intel pour accélérer l'innovation et créer de la valeur pour nos clients et nos actionnaires".