Depuis octobre 2020, l’Union européenne et la Banque centrale européenne s’activent sur l’immense chantier qu’est l’euro numérique. En effet, les moyens de paiement évoluent et nos habitudes et préférences suivent elles aussi la même trajectoire. Tandis que les espèces sont de plus en plus délaissées, l’heure est donc aux paiements électroniques et au sans contact. Les monnaies numériques deviennent un enjeu important et l’euro digital semble donc attendu, sous une forme sécurisée, accessible et robuste.

Euro numérique : une MNBC déployée d’ici 5 ans ?

À en croire les propos de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, l’euro numérique serait une réalité d’ici 5 ans. Cette monnaie numérique de banque centrale (MNBC) reprendrait les codes habituels de notre monnaie quotidienne. Christine Lagarde précise ainsi que le projet se présentera “comme des billets de banque mais sous forme numérique”, dans le but d’effectuer “des paiements quotidiens de manière simple, rapide et sécurisée”.

C’est dans le cadre d’une conférence économique virtuelle que ces éléments ont été dévoilés. Les conclusions et résultats de la consultation publique sur la création de l’e-euro ont également été abordés. La confidentialité est l’enjeu le plus évoqué par les quelque 8 221 participants, professionnels comme particuliers, ayant répondu à l’enquête publique. Tous étaient invités à soumettre leurs propositions et idées de fonctionnalités pour cette future monnaie numérique.

Une monnaie européenne, sécurisée, et confidentielle

Les résultats de l’enquête ont révélé que la confidentialité est l’élément le plus attendu concernant le futur euro numérique. Cet aspect qui a été évoqué dans 41% des réponses s'opposera de fait au registre que veut mettre en place la chine pour son yuan numérique. La sécurité a elle aussi été largement mentionnée, par 17% des répondants, tout comme la disponibilité de cette monnaie numérique européenne dans l’ensemble de l’Union européenne. Une enquête résultant de cette consultation devrait être rendue plus tard cette année, elle devrait par ailleurs constituer une contribution “importante” au Conseil des gouverneurs de la BCE.

En parallèle, des experts de la BCE et de 19 banques centrales nationales de pays membres de l’Union européenne ont déjà pris le temps d’identifier les scénarios possibles à la création de cet euro numérique. Parmi eux, l’abandon significatif de l’utilisation des espèces en tant que moyen de paiement. De plus, ces experts ont soulevé l’importance de monnaies numériques comme le futur euro numérique face aux lancements de moyens privés mondiaux de paiement, comme la Libra devenue Diem en décembre dernier, par exemple. Selon eux, elle soulève des “préoccupations réglementaires et des risques pour la stabilité financière et la protection des consommateurs”.