Suite à l’invasion du Capitole par les partisans de Donald Trump le 6 janvier dernier, au moins 10 entreprises technologiques américaines ont pris la décision de suspendre leurs subventions aux députés américains, rapporte CNBC.

En effet, ces firmes possèdent toutes un Comité d’action politique (PAC) leur permettant d’aider ou de faire pression sur des élus, souvent par le biais de dons d’argent. Avec les événements du 6 janvier toutefois, elles ont décidé de revoir leurs plans pour éviter de subventionner des députés qui auraient été d’accord pour s’opposer aux votes électoraux pour Joe Biden, allant ainsi dans le sens de Donald Trump qui affirme, sans aucune preuve, que l’élection a été frauduleuse.

« Le comité d’action politique de Microsoft a décidé vendredi dernier qu’il ne fera aucun don politique tant qu’il n’aura pas évalué les implications des événements de la semaine dernière. Le PAC met régulièrement ses dons en pause au cours du premier trimestre d’un nouveau congrès, mais il prendra des mesures supplémentaires cette année pour tenir compte de ces récents événements et consulter les employés », a ainsi déclaré la firme de Redmond dans un communiqué. Google a annoncé avoir pris la même décision. Les deux entreprises ont financé la campagne du sénateur républicain Ted Cruz en 2018, ce dernier a récemment été dans le sens de Trump en attestant qu’une fraude électorale avait eu lieu.

Même son de cloche du côté de Facebook et d’Amazon. « Nous avons l’intention de discuter de nos préoccupations directement avec les députés que nous avons précédemment soutenus et nous évaluerons leurs réponses lorsque nous envisagerons les futures contributions du PAC » a déclaré une porte-parole du géant de l’eCommerce. L’opérateur T-Mobile a de son côté affirmé qu’il allait « réévaluer » ses subventions.

Des entreprises ont toutefois pris des mesures plus sévères en visant directement les élus concernés, c’est notamment le cas d’Airbnb. Elle a ainsi annoncé que son comité d’action politique allait « refuser de soutenir ceux qui ont voté contre la certification des résultats de l’élection présidentielle ». Verizon, AT&T et Comcast vont dans le même sens : « La transition pacifique du pouvoir est un fondement de la démocratie américaine. Dans cette optique, nous allons suspendre toutes nos contributions politiques aux élus qui ont voté contre la certification des votes du collège électoral, ce qui nous donnera l’occasion de revoir nos politiques et pratiques en matière de dons politiques », écrit Comcast.

Des entreprises d’autres secteurs ont pris des décisions similaires, à l’image des banques JPMorgan et Goldman Sachs.