Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman souhaite officialiser le lancement d’un grand projet au cours du premier trimestre 2021. The Line, c’est le nom que portera cette future grande ville intelligente du pays. L’objectif de l’Arabie saoudite est de créer une ville alimentée à 100% par des énergies propres. Selon les informations dévoilées par le gouvernement, The Line pourra accueillir un million d’habitants.

The Line : la ville du futur rêvée du prince héritier saoudien

Cette ville, tout en longueur évidemment, doit s’étendre sur 170 kilomètres. Selon le prince, ce projet à 500 milliards de dollars doit permettre de créer une « communauté hyper-connectée ». Aucune voiture ne circulera dans The Line. La ville sera néanmoins conçue pour offrir des moyens de transport à très grande vitesse, des navettes autonomes seront à disposition des habitants. Les commanditaires affirment que : « où que vous vous trouviez, les écoles et les cliniques ne seront jamais à plus de cinq minutes de marche. Il est prévu qu’aucun trajet ne dépasse 20 minutes ».

Un million de personnes sont censées vivre à l’intérieur de The Line. La ville sera visiblement centrée sur la « nature » et les énergies propres. La partie visible de la ville sera uniquement dédiée aux piétons, tandis qu’en souterrain, deux niveaux seront dédiés aux grandes infrastructures et aux transports. Le prince et ses équipes disent que l’intelligence artificielle sera en mesure de surveiller The Line.

Les données et les modèles prédictifs doivent au fil des années, permettre de trouver des moyens d’améliorer la vie quotidienne. La construction de The Line doit commencer au cours de ce premier trimestre. Cette métropole verte fait partie du grand projet du prince Mohammed bin Salman, Saudi Vision 2030. 380 000 emplois doivent être créés dans les prochaines années.

Un projet déjà très controversé

Néanmoins, ce projet est très controversé. La construction de The Line nécessite le déplacement de la tribu Huwaitat, un peuple qui vit précisément à l’endroit où le prince a prévu de construire sa ville du futur. Abdul Rahim al-Huwaiti, un membre de cette tribu, a été tué par les forces de sécurité saoudiennes l’année dernière après avoir expliqué dans une vidéo que lui et d’autres membres de la tribu risquaient d’être expulsés. L’Arabie saoudite a déjà un sacré passif sur les questions des droits de l’Homme.

L’assasinat de Jamal Khashoggi a récemment fait beaucoup de bruit. Ce journaliste saoudien luttait contre les abus en ligne. Par la suite, nous avons appris que l’Arabie saoudite avait infiltré un espion chez Twitter, Ali Alzabarah, dont la mission était d’espionner les comptes d’universitaires et de journalistes.

Les projets de villes intelligentes ont été nombreux au cours des dernières années. On pense notamment à Toyota et son projet Woven City au pied du Mont Fuji. Un projet de moins grande envergure, 2 000 habitants doivent résider dans cette ville du futur. Il y a également le projet de Bill Gates, qui, avec ses 80 milliards de dollars, veut construire une ville intelligente en Arizona. Le milliardaire américain a acheté en 2017 un terrain qui fait la taille de Paris.