La version chinoise de TikTok, Douyin, est la dernière entreprise technologique à subir les foudres de Pékin. Depuis plusieurs mois maintenant, le gouvernement chinois fait comprendre aux géants du web que sa politique a changé. Le laisser-faire d’autrefois n’est plus à l’ordre du jour. Désormais, la Chine souhaite réguler son industrie du web pour éviter que les grandes entreprises technologiques n’aient trop de pouvoir.

Douyin fait les frais de la nouvelle politique de Pékin

Selon le South China Morning Post, l'Office national de lutte contre la pornographie et les publications illégales, une agence gouvernementale chargée de « nettoyer le web chinois », a déclaré vendredi 8 janvier avoir infligé à Douyin une amende pour diffusion d'informations obscènes, pornographiques et vulgaires. Le régulateur n’a pas précisé le montant de cette amende mais selon une source proche du dossier, elle ne s’élèverait qu'à quelques dizaines de milliers de yuans. Autrement dit, trois fois rien pour une entreprise comme Douyin.

Une amende symbolique une fois de plus. Le gouvernement chinois souhaite envoyer un message clair : les entreprises technologiques doivent respecter la ligne de conduite dictée par Pékin au risque de subir de nouvelles amendes, plus élevées cette fois-ci.

C’est justement ce qu’a écrit noir sur blanc un journaliste de l'agence de presse officielle du gouvernement, Xinhua, quelques heures après l’annonce de l’amende infligée à Douyin. On peut lire que : « le gouvernement veut envoyer un signal clair aux entreprises chinoises du web pour leur faire savoir que des réglementations plus strictes sont en cours et qu’elles devront suivre ces règles, peu importe qui elles sont ».

Pas de passe droit pour les entreprises chinoises

C’est très clair : toutes les entreprises seront traitées de la même manière par les régulateurs, quelle que soit leur taille, sans aucune distinction. Les dirigeants chinois tentent de freiner le développement « incontrôlé » des grandes plateformes du web. À ce propos, une grande inquiétude règne actuellement à travers le monde depuis que nous avons appris la disparition de Jack Ma, le fondateur d’Alibaba. Le milliardaire chinois n'a pas fait d'apparition publique depuis son discours du 24 octobre 2020 dans lequel il critiquait ouvertement Pékin à ce sujet.

Selon Yuan Pingfang, secrétaire général adjoint de l'Association chinoise de l'administration culturelle, a déclaré que la sanction infligée à Douyin était un signal d’alarme que les autres entreprises du web doivent prendre au sérieux. La réglementation stricte de Pékin sera la nouvelle norme. Avant Douyin, Tencent et Alibaba ont également reçu des amendes pour « comportement monopolistique ».

Douyin est une application phare en Chine. La version chinoise de TikTok, également détenue par ByteDance, compte aujourd’hui 600 millions d’utilisateurs quotidiens. Cela signifie qu’un chinois sur deux se connecte chaque jour à Douyin... C’est énorme. Le journal officiel du Parti communiste chinois, le People's Daily, compte par exemple 120 millions d'abonnés sur son compte officiel Douyin. Malgré cela, l’entreprise devra se conformer aux directives de Pékin.