Après avoir enquêté sur un système frauduleux mis en place par Tapjoy, une entreprise spécialisée dans la publicité sur les jeux mobiles, la Federal Trade Commission (FTC) a estimé que les environnements créés par l’App Store et le Play Store étaient en partie responsables de ces pratiques. Explications.

Tapjoy accusé par des centaines de milliers d’utilisateurs

C’est après avoir reçu des plaintes de la part de centaines de milliers d’utilisateurs, que la FTC a commencé à enquêter sur Tapjoy. Cette entreprise spécialisée dans la publicité pour jeux mobiles a mis en place un système ingénieux, à la fois intéressant pour les annonceurs et pour les joueurs : en s’inscrivant à un essai gratuit, en répondant à un sondage ou en téléchargeant une application, ces derniers pouvaient obtenir diverses récompenses virtuelles au sein de leur jeu.

Si ce système paraît être avantageux pour tous les partis concernés, il présente néanmoins un défaut de taille : de nombreux utilisateurs n’ont jamais reçu les récompenses promises. Certains d’entre eux ont ainsi partagé des informations privées sensibles, sans jamais obtenir de contrepartie.

Les commissaires démocrates Rohit Chopra et Rebecca Kelly Slaughter ont expliqué : « Il semble que Tapjoy ait amplifié les fausses offres de ses partenaires commerciaux, qui ont appâté les joueurs en leur faisant miroiter de grosses récompenses pour ensuite les tromper quand il était temps de payer. Tapjoy n’a pas fait grand-chose pour arranger la situation, même lorsque des centaines de milliers de joueurs ont porté plainte. Cela a également porté préjudice aux développeurs de jeux mobiles, qui ont été privés des revenus publicitaires auxquels ils avaient droit ».

Malgré tout, la FTC estime que Tapjoy est loin d’être la seule responsable dans cette affaire… En fait, elle n’est aux yeux des régulateurs, qu’une infime partie de l’équation. Selon eux, les vrais responsables seraient en réalité Google et Apple.

Pour la FTC, Google et Apple ne sont pas étrangers à ce phénomène

De fait, les régulateurs affirment qu’Apple et Google ont créé un environnement qui écrase l’industrie du jeu mobile en leur imposant des taxes insoutenables. Fixées à 30%, ce sont notamment ces taxes qui poussent les développeurs à chercher d’autres modèles de monétisation, qui finalement se répercutent sur les consommateurs. « En contrôlant les magasins d’applications dominants, ces entreprises (Apple et Google, NLDR) jouissent d’un vaste pouvoir pour imposer des taxes et des réglementations à l’industrie des jeux mobiles, qui générait près de 70 milliards de dollars par an avant même la pandémie », détaille la FTC.

Les régulateurs ajoutent : « En offrant une plateforme reliant les annonceurs, les joueurs et les développeurs de jeux, Tapjoy permet à ces derniers de générer des revenus publicitaires qu’Apple et Google ne taxent pas. Mais ce modèle de monétisation crée aussi des opportunités de fraude ».

Rappelons que ce n’est pas la première fois que les taxes de l’App Store et du Play Store sont remises en cause. En 2020, une coalition d’entreprises a été créée pour protester contre ces taxes. Elles sont également la raison du procès qu’intente Epic Games aux deux géants. Enfin, elles ont également été au centre de la massive enquête antitrust menée par les États-Unis à l’encontre des GAFA.

En réaction à ces nouvelles déclarations de la FTC, Apple a renvoyé les régulateurs vers le témoignage qu’a tenu Tim Cook devant le Congrès américain l’année dernière : « Pour la grande majorité des applications sur l’App Store, les développeurs gardent 100 % de l’argent qu’ils gagnent. Les seules applications qui sont soumises à une commission sont celles où le développeur acquiert un client sur un appareil Apple et où les fonctionnalités ou les services seraient expérimentés et consommés sur un appareil Apple ».

De son côté, Google n’a pas souhaité commenter les accusations de la FTC.