Nouveau coup dur pour Donald Trump. En réponse aux événements de la prise du Capitole, Shopify a annoncé la fermeture des deux magasins officiels du président américain, a rapporté le Wall Street Journal. En effet, l’entreprise canadienne estime que ce dernier a violé sa politique contre l’apologie de la violence.

Shopify prive Donald Trump de ses boutiques d’eCommerce

Shopify est une entreprise qui permet de créer facilement et rapidement des boutiques en ligne. Utilisée par des millions de commerçants à travers le monde, la plateforme comptait parmi ses clients l’actuel président des États-Unis, Donald Trump.

Deux boutiques avaient été créées en son nom. La première, TrumpStore.com, était sa boutique officielle. La seconde, Shop.DonaldJTrump.com, était celle de sa campagne. Toutes deux vendaient pléthore de produits dérivés, parmi lesquels la célèbre casquette rouge « Make America Great Again ».

Seulement voilà… Depuis la prise du Capitole impulsée par Donald Trump, ces deux boutiques ne sont plus accessibles. Shopify a tout simplement décidé de les supprimer. Interrogé par le Wall Street Journal, un porte-parole de l’entreprise canadienne a déclaré que le président des États-Unis avait violé la politique de la société contre la promotion de la violence :

« Les actions du président violent notre politique d’utilisation, qui interdit la promotion ou le soutien d’organisations, de plateformes ou de personnes qui menacent ou tolèrent la violence. En conséquence, nous avons fermé les magasins affilés au président Trump ». 

Les entreprises du web s’élèvent contre les déclarations du président américain

Shopify rejoint ainsi la liste des entreprises d’Internet ayant pris la décision de bloquer les comptes de Donald Trump suite à la prise du Capitole. Snapchat, le premier, avait décidé dès le jour même de prendre « des mesures de restrictions permanentes au compte du président ».

Sanction plus légère du côté de Facebook et Instagram qui, après avoir annoncé un blocage de seulement 24 heures des comptes de l’actuel résident de la Maison Blanche, ont alourdi sa peine en maintenant une suspension à durée indéterminée.

Enfin, Twitter avait initialement bloqué le compte @realDonaldTrump pour seulement 12 heures. Une fois ce délai passé, le réseau social à l’oiseau bleu prévenait : si le président publiait le moindre tweet allant à l’encontre de la politique de la plateforme, il serait définitivement banni. Chose promise, chose due : moins d’une journée après avoir été débloqué, le compte Twitter de Donald Trump s’est vu bannir une bonne fois pour toutes.