Suite aux terribles événements du 6 janvier 2021 à Washington D.C., Facebook a décidé de prendre une mesure très forte. Par la voix de Mark Zuckerberg lui-même, le réseau social annonce que le compte de Donald Trump sera suspendu au moins jusqu’à la fin du mois.

« Nous pensons que les risques de permettre au président de continuer à utiliser notre service pendant cette période sont tout simplement trop importants. Par conséquent, nous prolongeons le blocage que nous avons placé sur ses comptes Facebook et Instagram indéfiniment et pour au moins les deux prochaines semaines jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée », écrit le PDG. En effet, le président sortant a incité ses supporteurs à envahir le Capitole, emblème de la démocratie américaine abritant le Congrès, alors que les députés étaient en train de valider l’élection de Joe Biden.

Pendant l'insurrection, les plus grands réseaux sociaux américains ont pris des mesures très fortes à l’encontre de Donald Trump. Facebook, Twitter, Snapchat et Instagram ont ainsi bloqué le compte du président pour que ce dernier cesse d’ajouter de l’huile sur le feu. Depuis, Snapchat a annoncé que cette mesure de restriction serait permanente.

Depuis plusieurs mois déjà, le président est en conflit avec les réseaux sociaux qu’il accuse de censure à son encontre. Ces derniers, et notamment Twitter, ont en effet signalé ses publications à plusieurs reprises. De son côté, Facebook se préparait à ce que Trump conteste les élections dès le mois d’août, et avait pris des mesures pour empêcher la propagation de fausses informations à ce sujet. Certains de ses postes, notamment concernant le Covid-19, ont également été étiquetés par le réseau social. Pourtant, Mark Zuckerberg a été pris pour cible par ses employés pour sa prise de position lors des manifestations du mouvement Black Lives Matter. À l’époque, le PDG de Facebook n’avait pas souhaité intervenir suite à un poste polémique du président. Pour Zuckerberg, le contexte actuel est toutefois trop grave pour ne pas agir :

« Au cours des dernières années, nous avons permis au président Trump d'utiliser notre plateforme conformément à nos propres règles, en retirant parfois des contenus ou en étiquetant ses messages lorsqu'ils violent nos politiques. Nous avons fait cela parce que nous pensons que le public a le droit d'avoir le plus large accès possible au discours politique, même controversé. Mais le contexte actuel est maintenant fondamentalement différent, impliquant l'utilisation de notre plateforme pour inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu ».

Reste désormais à voir si Donald Trump pourra reprendre son activité sur Facebook et Instagram après avoir quitté la Maison Blanche. Sur Twitter, c’est d’ores et déjà le cas, puisqu’il a publié une vidéo dans laquelle il condamne fermement la violence des personnes ayant pénétré dans le Capitole.