Interrogé par CNBC, un représentant de Hyundai a déclaré qu’Apple « est en discussion avec divers constructeurs automobiles mondiaux, dont Hyundai Motor ». Précisant que les pourparlers n’en sont qu’à leurs débuts et donc que rien n’a encore été décidé, la firme coréenne est revenue sur ses propos quelques heures plus tard. Malgré cela, ses actions à la bourse de Séoul ont grimpé de plus de 20%.

« Nous avons reçu des demandes de coopération potentielle de la part de diverses entreprises concernant le développement de véhicules électriques autonomes. Aucune décision n'a été prise car les discussions en sont à un stade précoce », affirme Hyundai dans sa plus récente déclaration auprès de Bloomberg. Si le constructeur a fait marche arrière, c’est probablement parce qu’Apple ne souhaite pas en dévoiler plus pour le moment, la firme de Cupertino est en effet connue pour rester très secrète à propos de ses partenariats.

Cette annonce concerne bien évidemment l’Apple Car, la voiture électrique de la marque à la pomme dont on entend parler depuis près de six ans maintenant sous le nom de code Projet Titan. Jusqu’à récemment, les rumeurs à son propos étaient bien plus discrètes, mais un article de Reuters paru en décembre 2020 l’a remis au devant de la scène en affirmant qu’Apple pourrait commercialiser son véhicule dès 2024. L’analyste Ming-Chi Kuo, spécialiste de la marque à la pomme, va dans le même sens et a donné une fourchette entre 2024 et 2027 pour l’arrivée de l’Apple Car.

Avec un véhicule autonome, Apple arriverait sur un marché bien différent de ce qu’elle connaît, avec notamment de très lourds investissements pour de faibles marges. Il s’agit néanmoins d’un secteur en plein boom, comme en atteste l’envolée des actions de Tesla, faisant d’Elon Musk l’homme le plus riche du monde. Le succès de l’entreprise inspire d’ailleurs de nombreuses startups à se lancer sur ce marché. Pour ce qui est d’Apple, elle devra probablement effectuer des partenariats pour parvenir à mettre au point son propre véhicule, et un géant avec l’expertise de Hyundai tomberait donc sous le sens. La firme de Cupertino serait en train de développer une batterie révolutionnaire pour son véhicule, tandis que Doug Field, ancien chef ingénieur de Tesla, l’aide à diriger son projet. Apple a refusé de commenter les déclarations de Hyundai.

De son côté, le géant coréen a réaffirmé son ambition d’investir 91 milliards de dollars d’ici 2025 pour développer des véhicules électriques, rappelle le Wall Street Journal.