Nouveau coup droit du gouvernement chinois dans son match contre les géants de la tech. Cette fois-ci, il vise les politiques de prix des plateformes de e-commerce. L’Administration d’État pour la régulation du marché, la plus haute autorité chinoise du domaine, a infligé trois amendes équivalentes à 62 500 euros à Alibaba, JD, et Vipshop.

L’Administration explique être intervenue contre ces trois plateformes de e-commerce à la suite de plaintes de consommateurs. Elle affirme qu’ils accusent les entreprises d’avoir augmenté leurs prix juste avant une période de soldes, et de proposer des promotions inexistantes, le tout, dans le but de rendre les réductions plus attractives.

Contactées par le Wall Street Journal, les trois entreprises n’ont pas répondu aux question envoyées.

Pour Alibaba, JD, et Vipshop, 62 500 dollars s’apparentent à un pourboire. Néanmoins, cette sanction incarne un nouvel avertissement du gouvernement chinois, qui rappelle que le jeu se joue selon ses règles. Ainsi, ces derniers mois, différentes attaques ont ciblé le secteur de la tech, et plus particulièrement Jack Ma, fondateur d’Alibaba et d’Ant Group.

Parmi elles, le blocage, en novembre, de l’entrée en bourse d’Ant Group pour 34,4 milliards de dollars, qui est intervenu après une critique de l’homme d’affaires sur la politique de contrôle des risques de Xi Jinping, dans laquelle il reprochait également aux autorités de nuire à l’innovation. En décembre 2020, le gouvernement contraint Ant de réduire ses activités, et entame une enquête antitrust contre Alibaba.

S’il est clair que le gouvernement cherche à réduire l’empire de Jack Ma, il se pourrait aussi qu’il y cherche une place.