Depuis le 8 décembre dernier, les opérateurs télécoms américains se disputent avec frénésie les précieuses bandes de fréquences 5G. Un combat d’une telle envergure, que les 76,5 milliards de dollars viennent d’être dépassés. Un record absolu allant bien au-delà de toutes les prévisions des spécialistes, et qui est encore très loin d’être terminé selon les informations de Bloomberg.

Des enchères qui défient toutes les prévisions

Après une pause durant les fêtes de fin d’année, la vente aux enchères des bandes de fréquences 5G a repris de plus belle aux États-Unis. Organisée par la Commission fédérale des communications (FCC), celle-ci a débuté au début du mois de décembre 2020 avec 57 enchérisseurs potentiels. Parmi eux, AT&T, Verizon, T-Mobile, Dish Network, Comcast ou encore Charter Communications.

En seulement quelques jours, les ventes ont dépassé toutes les estimations des analystes qui tablaient sur un montant final de 47 milliards de dollars, en se basant notamment sur les résultats de la dernière vente aux enchères menée par la FCC en 2015 qui avait alors rapporté 45 milliards de dollars. Plus impressionnant encore, ce mardi 5 janvier 2021, les enchères viennent d’atteindre les 76,5 milliards de dollars.

Un record absolu qui est encore pourtant loin d’être terminé. En effet, si la tendance se poursuit, le montant total récolté par la FCC pourrait s’élever à 80 milliards de dollars puisque les enchères devraient se poursuivre encore une semaine, et peut-être même plus selon Sasha Javid, directeur de l’exploitation pour la firme BitPath.

Verizon et AT&T prêts à s’endetter pour la 5G

Au début de la vente aux enchères, les plus importants acheteurs disposaient d’environ 70 milliards de dollars de budget. Seulement, avec un montant total déjà plus élevé que leur enveloppe initiale, il semble désormais évident que de nombreuses entreprises telles que Verizon, AT&T, Dish et Comcast, devront s’endetter pour finalement réussir à acquérir leurs précieuses bandes de fréquences 5G.

Par ailleurs, Verizon (qui était annoncé comme étant le plus gros enchérisseur), s’est trouvé un concurrent de taille. Porté par le soutien financier de Deutsche Telekom AG, l’opérateur T-Mobile s’est particulièrement illustré durant cette vente.

D’après Sasha Javid, l’étau se resserre pour Verizon : « Si Verizon n’obtient pas ce spectre de fréquence, on peut pratiquement dire qu’il aura perdu la course à la 5G ». Du côté de T-Mobile, l’opportunité est trop belle pour être délaissée. En effet, selon Jonathan Chaplin, analyste de New Street Research, l’opérateur dispose aujourd’hui déjà d’un « puissant avantage de réseau » et ces nouvelles bandes de fréquences lui permettraient d’asseoir encore davantage son autorité.

On l’a bien compris, cette vente aux enchères est cruciale pour les entreprises qui tentent de s’emparer du leardership mondial dans la technologie émergente de la 5G. Reste désormais à savoir qui réussira à tirer son épingle du jeu et surtout, à quel prix… Affaire à suivre.