Alors que le marché de la voiture électrique et autonome a le vent en poupe, Apple viendrait ajouter son grain de sable avec l’Apple Car. Des personnes issues du milieu automobile ont d’ailleurs affirmé que le projet Titan n’était pas mort au média Reuters. D’autre part, les récents propos de l’analyste Ming-Chi Kuo rejoignent ceux de Reuters disant que l’Apple Car ne verrait pas le jour avant 2024-2027.

« Nous avions prédit dans un précédent rapport qu’Apple lancera l’Apple Car en 2023-2025 […] Cependant, notre dernière enquête indique que le calendrier de développement actuel de l’Apple Car n’est pas clairement défini, et si le développement commence cette année et que tout se passe bien, celle-ci sera peut-être lancée en 2025-2027. En raison de l’évolution du marché des véhicules électriques/autonomes et des exigences en termes de qualité d’Apple, nous ne serions pas surpris si le calendrier de lancement de l’Apple Car est reporté à 2028 ou plus tard. », a déclaré Ming-Chi Kuo.

Le projet Titan

Ce projet Titan a commencé à s’ébruiter en 2014 et n’a pas manqué de piquer la curiosité de certains. La firme de Cupertino préparerait sa propre voiture électrique et autonome : l’Apple Car. Apple entrerait ainsi dans un segment très concurrentiel notamment face à Tesla. D’ailleurs, Apple avait envisagé de créer seulement un software pour voiture autonome qu’il aurait proposé par la suite aux revendeurs. Toutefois, Apple fait marche arrière et a bien l’intention de sortir sa propre voiture, mais avec quelques concessions.

En effet, la firme de Cupertino prévoit de réaliser l’Apple Car avec un partenaire du marché automobile. Une décision qui permettra de faire baisser les coûts de fabrication, d’embauche d’ingénieurs ainsi que le prix de vente par la même occasion. De plus, selon quelques rumeurs, il se serait entouré d’autres partenaires afin de développer certaines parties hardwares comme les capteurs Lidar qui équipent les iPhone ainsi que les iPad. Finalement, est-ce qu’Apple a réellement envie de sortir une voiture en son nom ? Peut-être…

« Si l’Apple Car veut s’imposer dans un avenir plus ou moins lointain, la clé de la réussite sera composée de Big Data et d’IA, pas au niveau hardware. Le problème avec l’Apple Car c’est qu’au moment de sa sortie, les marques de voitures autonomes actuelles auront accumulé au moins cinq ans d’apprentissage et développé l’intelligence artificielle et le Big Data à leurs apogées. Comment Apple parviendra-t-il à rattraper ce retard ? »

Apple et Tesla, un destin plus ou moins lié

Alors que Tesla peut dorénavant vivre des jours paisibles avec un prix des actions très (trop ?) élevé, cela n’a pas toujours pas été le cas notamment lors de la sortie de sa Model 3. L’entreprise était financièrement dans le rouge poussant Elon Musk à envisager de vendre Tesla à Apple pour 60 milliards de dollars comme l’expliquait le PDG de l’entreprise sur Twitter. Cela aurait peut-être permis à la firme de Cupertino de rattraper ce retard, mais Tim Cook a refusé.

Lors de ce même fil de tweet, Elon Musk a notamment parlé de l’Apple Car. Cette dernière serait équipée de batterie monocellulaire basée sur du lithium-fer-phosphate. L’utilisation de ces batteries permettrait d’intégrer plus d’équipement afin d'accroître les technologies de la voiture électrique 100% autonome. Partant de cette hypothèse, cette batterie serait moins susceptible de chauffer à l’utilisation par rapport à des batteries lambdas.

Beaucoup d’hypothèses vont une nouvelle fois être confrontées à la culture du secret d’Apple. Une chose reste sûre néanmoins, c’est que les spéculations sur l’Apple Car ne font que commencer.