C'est dans un communiqué de presse paru ce 9 décembre 2020, qu'Interpol a révélé les résultats de sa vaste opération "First Light" visant à démanteler des réseaux d'arnaques en ligne venus du monde entier. Au total, ce sont 21 549 criminels présumés qui ont été arrêtés dans 35 pays différents.

First Light : plus de 21 000 arrestations et 154 millions de dollars saisis

L'opération "First Light" ("Première lueur" en français) menée par Interpol a débuté en début d'année 2020, dans 35 pays du monde. Grâce à elle, et après plusieurs mois d'enquêtes coordonnées, ce sont plus de 10 000 perquisitions qui ont été menées et 21 549 criminels présumés qui ont été arrêtés entre les mois de septembre et novembre 2020. Au total, près de 154 millions de dollars de fonds illicites ont été saisis, en parallèle de 310 comptes bancaires gelés.

Un bilan impressionnant qui regroupe plusieurs types d'arnaques bien connues sur Internet... Vols de mots de passe, de coordonnées bancaires, phishing par SMS, arnaques sexuelles et même blanchiment d'argent, font notamment partie des prises d'Interpol.

Certaines sont néanmoins plus étonnantes que d'autres. Dans son communiqué de presse, l'Organisation internationale de police criminelle, revient sur l'une d'entre elles : "À Singapour, la police a arrêté un homme qui a présenté de faux papiers d'Interpol alors qu'il accompagnait une femme âgée dans une banque pour un retrait. Une enquête plus poussée a révélé que l'homme semblait être lui-même victime de fraudeurs qui l'avaient appelé en se faisant passer pour des agents des services de police chinois, lui avaient fourni une fausse identité et lui avaient ordonné de saisir les fonds de la femme âgée".

La coopération internationale au coeur de la sécurité sur Internet

Par ailleurs, l'Organisation internationale de police criminelle a remarqué que la pandémie de Covid-19 avait laissé place à la créativité des fraudeurs. Tirant parti de ce contexte inédit, ces derniers ont mis en place des arnaques inédites (comme de fausses boutiques en ligne pour acheter des masques) afin de soutirer de l'argent à leurs victimes.

Enfin, Interpol estime que les résultats de son opération ont avant tout permis de mettre "en évidence la nature transnationale de nombreuses escroqueries téléphoniques et en ligne, dont les auteurs opèrent souvent depuis un pays, voire un continent, différent de celui de leurs victimes". Preuve (s'il en fallait une) qu'une coopération internationale est absolument indispensable pour faire d'Internet un endroit plus sûr.