Alors que l’on apprenait au mois de novembre que Hyundai était en pourparlers avec le géant japonais SoftBank pour un éventuel rachat de Boston Dynamics, le Korea Economic Daily rapporte que le deal sera concrétisé ce 10 décembre 2020. Le constructeur coréen va ainsi acquérir la firme américaine pour 917 millions de dollars.

Il s’agit du premier rachat opéré par Hyundai depuis que Chung Eui-sun a pris la tête de la firme au mois d’octobre dernier. La moitié de l’acquisition sera financée par Hyundai Motor, et le reste par des filiales du constructeur à l’image du fabricant de pièces automobiles Hyundai Mobis Co. La transaction n’est pas surprenante du côté du géant coréen, qui axe son avenir autour des véhicules électriques, des voitures à hydrogène ainsi que de la robotique. Dans ce sens, il a par le passé affirmé son projet d’investir plus d’1 milliard de dollars d’ici 2025 dans ce dernier domaine, qui représentera 20% de son business dans le futur.

Jusqu’alors, Hyundai s’est surtout intéressé au développement de robots à roues destinés à la logistique dans les entrepôts. L’acquisition de Boston Dynamics pourrait lui donner un énorme coup de pouce pour perfectionner ses technologies dans ce domaine. La firme américaine est en effet à l’origine du chien robot multifonctions Spot. Ce dernier a fait ses preuves dans de nombreux domaines, allant du milieu hospitalier durant la pandémie de Covid-19 à la cartographie d’usine.

Cependant, Spot n’est pas la seule machine développée par Boston Dynamics. Elle a également mis au point Atlas, un humanoïde impressionnant capable d’effectuer des cabrioles et qui, à terme, devait être en mesure de se déplacer dans des environnements hostiles aux humains. Autre robot sorti des locaux de l’entreprise, Handle est destiné à un usage en entrepôt et possède d’étonnantes capacités de chargement et de déchargement. On peut facilement imaginer pourquoi Hyundai s’intéresse à ces machines : si la technologie de Boston Dynamics est alléchante, l’entreprise n’est pas parvenue à devenir rentable. Nul doute qu’un géant comme Hyundai puisse en profiter.

Pour rappel, Boston Dynamics a été créée en 1992 et était, au départ, un spin-off du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT). Rachetée par Google en 2013, l’entreprise a finalement été revendue au Japonais SoftBank en 2017. Depuis, ses robots font les grandes lignes des médias spécialisés sans pour autant décoller. Il ne reste plus qu’à voir ce que son acquisition par Hyundai lui permettra d’accomplir.