Le chaos semé par la pandémie de la Covid-19 a permis à de nombreuses entreprises de la tech à travers le monde de tirer leur épingle du jeu. C’est le cas des applications de visioconférence comme Zoom ou des grandes places de marché en ligne comme Amazon, mais aussi de plusieurs entreprises européennes dont Doctolib et Mirakl. Selon le rapport State of European Tech, cette année 2020 est une année de financement record avec 34 milliards d’euros investis dans la tech européenne.

La tech européenne est résilient

On peut lire dans le rapport rédigé par le fonds londonien Atomico, en collaboration avec Slush, Orrick et Silicon Valley Bank que : « cette année a été conçue pour être le test ultime de notre endurance en tant qu’individus et de la résilience de l’écosystème dans lequel nous travaillons. Face à cela, l’Europe a résisté de façon stupéfiante. Malgré la crise, l’Europe est sur le point d’enregistrer sa deuxième année record en capital investi ». La preuve de la bonne résistance et de l’adaptation de l’écosystème tech en Europe.

Il y a une entreprise qui sort du lot. Vous n’avez peut-être jamais entendu son nom mais vous risquez de l’entendre dans les prochains mois. Il s’agit de Mirakl. La startup française a effectué une levée record de 300 millions d’euros d’euros. Par ailleurs notons que la France est le seul des trois plus grands marchés d’Europe, aux côtés de l’Allemagne et du Royaume-Uni, à avoir vu ses investissements progresser dans l’écosystème technologique avec 4,3 milliards d’euros investis.

Voici quelques-unes des autres grandes levées de fond qui ont eu lieu en France : Contentsquare avec 190 millions d’euros, Sendinblue avec 140 millions d’euros, ManoMano avec 125 millions d’euros ou encore Qonto avec une levée de 104 millions d’euros. Désormais la France talonne l’Allemagne mais reste toujours très loin du Royaume-Uni, l’épicentre de la tech européenne avec quasiment 8 milliards d’euros d’investissements captés en 2020. Paris est néanmoins de plus en plus attractif et devient au fil des années très puissant dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Spotify et Adyen : les deux premières décacornes européennes

En tout, les entreprises de la tech européenne ont levé 34 milliards d’euros. Même si c’est un record pour nous, ce chiffre reste très faible par rapport au niveau atteint en Amérique du Nord avec 117 milliards d’euros investis cette année ou même par rapport à l’Asie avec et en Asie 61 milliards d’euros d’investissements. Les « méga-deals » dépassant les 250 millions d’euros sont encore assez rares en Europe et c’est ce qui fait toute la différence.

La répartition des investissements dans la tech à l’international. Crédit : Dealroom.co – Atomico.

2020 est aussi l’année des licornes. 18 startups européennes ont rejoint ce cercle très fermé cette année. Du côté des jeunes pousses françaises, on retrouve notamment Dataiku et Mirakl. Aujourd’hui, 208 entreprises technologiques européennes sont valorisées au moins à hauteur du milliard d’euros. Notons aussi l’évolution de Spotify et de Adyen. Ces deux entreprises sont passées du statut de licorne à celui de décacorne avec une valorisation qui dépasse les 10 milliards d’euros. L’Europe tient ses deux premiers titans technologiques.