Baidu vient d’obtenir l’autorisation de tester ses taxis autonomes sans conducteur de sécurité dans les rues de Pékin. Une première pour la capitale chinoise.

Les véhicules respectent les exigences de Pékin

L’entreprise teste ses robotaxis en Chine depuis 2018 mais des opérateurs se trouvaient à bord en cas de problème. Désormais, cinq de ses véhicules vont pouvoir circuler de manière entièrement autonome dans Pékin. Pour obtenir l’approbation des autorités, ils ont dû parcourir plus de 30 000 kilomètres sur des routes publiques avant de passer un test sur un circuit fermé.

Si aucun chauffeur ne se trouvera à bord des véhicules, un opérateur de sécurité sera en capacité de prendre le contrôle du système à tout moment grâce au service de conduite à distance 5G de Baidu. Ce dernier combine des systèmes de transport intelligents, et un réseau 5G à grande vitesse pour permettre aux opérateurs humains d’agir rapidement si nécessaire. Les robotaxis sont en effet dotés du système de pilotage autonome basé sur l’intelligence artificielle Apollo, qui a déjà fait ses preuves en transportant plus de 100 000 passagers à travers 27 villes du monde.

Baidu explique que cette nouvelle phase de test va lui permettre de « réduire progressivement l’intervention humaine sur les véhicules d’essai et, à terme, retirer les conducteurs de sécurité automobile de ses essais routiers de véhicules autonomes ». Il s’agit ainsi d’une étape cruciale pour atteindre son objectif final : développer un véritable business de robotaxis. À plus grande échelle, cela marque également une avancée vers la commercialisation de systèmes de conduite autonome.

Un secteur en plein boom en Chine

Le secteur des véhicules autonomes et des robotaxis est en pleine expansion dans l’Empire du Milieu. L’annonce de Baidu intervient seulement une semaine après qu’AutoX, firme soutenue par le géant Alibaba, ait déclaré qu’elle allait déployer une flotte de véhicules autonomes dans les rues de Shenzhen, marquant une première historique dans le pays. De son côté, l’entreprise Didi Chuxing a dévoilé un tout nouveau taxi autonome au mois de novembre, et prévoit le déploiement d’environ 1 million de taxis sans chauffeur d’ici 2030.

Aux États-Unis, la tendance n’est pas aussi bonne : après avoir rencontré de nombreuses difficultés, Uber a finalement décidé de céder sa division de voitures autonomes à la startup Aurora.