Au fil des années, le Danemark prend clairement la direction d'un avenir de plus en plus vert. Ce petit pays européen prévoit de mettre fin à l'extraction du pétrole et du gaz en mer d'ici 2050. Un signal fort envoyé aux autres pays européens qui, espérons-le, pourrait les inciter à prendre cette même direction.

Le Danemark autorise l'extraction des hydrocarbures depuis 80 ans

C'est l'association Greenpeace qui rapporte que le Parlement danois vient de voter l'arrêt de l'extraction du pétrole et du gaz en mer du Nord d'ici 2050. Tous les permis d'exploitation, d'exploration et de production seront donc annulés dans les prochaines années et la fin des travaux d'extraction devrait donc avoir lieu d'ici une trentaine d'années, le temps nécessaire pour les professionnels du métier de se transformer. C'est une décision forte et symbolique pour le reste de l'Europe.

Greenpeace rappelle que l'extraction et la production de pétrole en mer du Nord danoise est une véritable catastrophe pour l'environnement. Depuis plus de 80 ans, le Danemark autorise l'extraction des hydrocarbures et depuis 1972, après la première découverte commerciale, le pétrole est produit dans les eaux offshore danoises de la mer du Nord. En tout, ce sont 55 plateformes réparties sur 20 "champs" de pétrole et de gaz. C'est d'ailleurs le groupe pétrolier français Total qui est responsable d'une grande partie de cette production.

Le Danemark est le deuxième producteur de pétrole au sein de l'Union européenne, juste derrière le Royaume-Uni. Après le Brexit, le pays sera donc le plus gros producteur. Selon l'association, la production danoise de pétrole et de gaz devrait continuer d'augmenter au cours des prochaines années avant de commencer à diminuer aux alentours de 2028. Le pays s'apprête donc à passer du statut de plus grand producteur européen de pétrole, et donc pollueur majeur, à celui d'un pays exemplaire en matière de réglementation écologique.

Peut-on remplacer l'industrie pétrolière par celle du numérique ?

Le Danemark peut se permettre ce "sacrifice" économique car le pays est riche. Le Danemark peut se permettre de laisser tomber le pétrole et le gaz alors que les économies britanniques ou américaines ne le pourraient pas. La production de pétrole représente une trop grande part de leurs revenus. Par ailleurs, le Danemark prévoit de développer une économie numérique très forte. Une bonne nouvelle surtout depuis que nous savons que le cloud aurait finalement un faible impact climatique. À ce sujet, Microsoft vient d'annoncer son intention de construire un immense centres de données au Danemark. De quoi combler le manque à gagner.

Il est rare de voir des pays abandonner totalement leur production de pétrole. Il faut souligner la force du geste, malgré le contexte décrit ci-dessus. Même si de nombreux pays se sont déjà engagés à utiliser au maximum les énergies renouvelables, l'arrêt total de l'extraction du pétrole et du gaz est encore une étape très rare. La décision du Danemark va certainement accroître la pression exercée sur d'autres pays pour qu'ils abandonnent leur production de combustibles fossiles.