Ce dimanche 6 décembre, une fusée Falcon 9 a propulsé une capsule Dragon depuis le Kennedy Space Center afin que cette dernière ravitaille l’ISS et son équipage. Ce lancement revêtait une importance particulière pour SpaceX, et ce pour plusieurs raisons.

Une première pour Dragon 2

SpaceX opère des missions de ravitaillement de l’ISS depuis 2012 avec sa capsule Dragon, qui a par la suite été repensée pour transporter des personnes et logiquement baptisée Crew Dragon. Le premier vol commercial de cette dernière a eu lieu le 15 novembre dernier, et les quatre astronautes acheminés à son bord se trouvent encore dans la Station spatiale internationale. Hier, la capsule transportant du matériel était une version remasterisée de la Crew Dragon utilisée lors de la mission Demo-2. Baptisée Dragon 2, elle est imaginée spécialement pour le ravitaillement et peut contenir 20% de charge en plus que Dragon, dont 50% de matériel scientifique en plus.

Dragon 2 transporte, entre autres, de quoi réaliser une expérience sur des médicaments traitant la Covid-19, elle viendra automatiquement s’amarrer à l’ISS ce lundi. Deux capsules de SpaceX se trouveront alors au niveau de la station, une grande première pour la firme d’Elon Musk. Nommée CRS-21, cette mission est la 21ème de ravitaillement pour SpaceX, et la première dans le cadre d’un nouveau contrat signé avec la NASA.

Ici, vous pouvez revoir le lancement ainsi que la séparation des deux étages et le retour du lanceur Falcon 9 sur Terre :

Falcon 9, lanceur réutilisable et fiable

Le lancement s’est bien passé pour l’entreprise qui a révolutionné le spatial en développant du matériel réutilisable. Il s’agissait du 100e vol réussi du lanceur Falcon 9 et de la 68ème fois qu’il venait se poser avec succès sur la barge Of Course I Still Love You. La fusée utilisée hier l’avait déjà été 3 fois auparavant et, au total, SpaceX est parvenu à réutiliser ses lanceurs 43 fois.

L’avenir semble donc radieux pour les capsules de SpaceX : un autre vol habité est d’ores et déjà prévu au mois de mars avec, à bord, l’astronaute français Thomas Pesquet. Il deviendra ainsi le premier européen à voyager dans le vaisseau d’Elon Musk.