Poussé par la crise sanitaire actuellement en cours, le Black Friday a réussi à atteindre ses objectifs aux États-Unis. Au total, 9 milliards de dollars ont été générés, parmi lesquels 3,6 milliards dûs à la seule vente de smartphones, rapporte TechCrunch.

Un nouveau record pour le vendredi noir

Adobe, qui suit en temps réel les ventes en ligne de 80 des 100 plus grands détaillants américains, a révélé que le Black Friday 2020 avait généré 9 milliards de dollars, soit une hausse de 21,6% par rapport à l’année précédente. Un nouveau record pour le vendredi noir aux États-Unis, qui réussit ainsi à remplir ses objectifs in extremis. En effet, Adobe avait initialement prévu que celui-ci génère entre 8,9 et 9,6 milliards de dollars.

Si la croissance des ventes en ligne lors de ce Black Friday n’a pas été aussi spectaculaire que certains avaient pu le prédire, elle reste tout de même significative. Sans réelle surprise, la crise sanitaire n’est pas totalement étrangère à la situation ; la distanciation sociale étant de mise, les habituelles scènes d’émeutes dans les magasins se sont faites plus rares, au profit d’une déferlante sur les sites d’eCommerce.

En entrant davantage dans le détail des ventes réalisées, on découvre que les smartphones ont représenté une partie significative des ventes totales de ce Black Friday : 3,6 milliards de dollars ont été générés sur ce seul marché, ce qui représente une hausse de 25,3% par rapport à l’année 2019.

Le Cyber Monday, plus performant que le Black Friday ?

Grâce à ses 9 milliards de dollars générés, le Black Friday 2020 devient le deuxième plus grand jour de dépense en ligne de l’histoire des États-Unis, juste après le Cyber Monday 2019. Néanmoins, il ne devrait pas conserver ce titre bien longtemps.

Selon les prévisions d’Adobe, le Cyber Monday 2020 devrait générer entre 10,8 et 12,7 milliards de dollars, soit une hausse de 15% à 35% par rapport à l’année précédente. Des chiffres impressionnants qui, s’ils viennent à se confirmer, feront du lundi 30 novembre 2020, la plus importante journée d’achats en ligne de l’histoire des États-Unis. Taylor Schreiner, directeur d’Adobe Digital Insights, présage : « Le Cyber Monday est en passe de battre tous les précédents records pour les ventes en ligne ».

S’il était encore nécessaire de le prouver, ces chiffres record confirment bel et bien que l’eCommerce a définitivement profité de la pandémie, et ce n’est pas Amazon qui dira le contraire. Rappelons que sous l’effet de la crise sanitaire, le géant appartenant à Jeff Bezos a réussi l’exploit de doubler ses profits.