Alors que le Royaume-Uni a fait le choix en juillet dernier de bannir officiellement Huawei de son réseau 5G, certains opérateurs avaient tout de même fait le choix d'acheter du matériel au géant chinois et de l'implémenter dans leurs infrastructures 5G. Un projet de loi visant à protéger les réseaux britanniques vient d'être présenté. Il est écrit que les télécoms ayant utilisé du matériel de Huawei pourraient se voir infliger une amende allant jusqu'à 10% de leurs revenus.

Objectif : éviter de subir de nouvelles cyberattaques

Le Parlement britannique semble bien décidé à protéger ses infrastructures pour éviter de devoir faire face à de quelconques cyberattaques dans les prochains mois. Un projet de loi sur le renforcement de la sécurité des infrastructures a été annoncé le 25 novembre. Selon ce qui est écrit, les opérateurs télécoms doivent s'assurer que les équipements et les logiciels utilisés dans leurs infrastructures 5G et dans leurs centraux téléphoniques répondent à certaines normes.

Le ministère de la culture des médias et des sports a déclaré que : "ce projet de loi est une étape très importante pour protéger le Royaume-Uni contre de potentielles cyberattaques hostiles, des acteurs étatiques ou des cybercriminels. Au cours des deux dernières années, le gouvernement a détecté une série de cyberattaques provenant de la Russie, de la Chine, de la Corée du Nord ainsi que de l'Iran. Nous ne devons plus vivre de telles situations".

On pense notamment à une attaque détectée au début de l'année 2020 contre la Bourse de Londres. The London Stock Exchange abrite des actions aussi importantes que celles d’Unilever PLC (acteur mondial sur le marché agroalimentaire) ou BP PLC. Une victime de choix. Un peu plus tôt, les données biométriques d'un million de personnes avaient été exposées. The Guardian expliquait à l'époque qu'une base de données du nom de BioStar 2, provenant de Suprema, une société de sécurité qui travaille pour la police, les banques et plusieurs entreprises militaires britanniques, avait été compromise au cours d'une cyberattaque.

Le Royaume-Uni adopte l'un des régimes les plus stricts au monde

Si ce nouveau projet de loi est adopté, le gouvernement a déclaré qu'il prévoit d'imposer aux entreprises de télécommunications des amendes allant jusqu'à 10% de leur chiffre d'affaires ou même une pénalité de 100 000 livres sterling par jour (112 000 euros), si elles ne respectent pas les règles. Oliver Dowden, secrétaire d'Etat au numérique, a déclaré que le projet de loi : "donnera au Royaume-Uni l'un des régimes de sécurité des télécommunications les plus stricts au monde et permettra de prendre les mesures nécessaires pour protéger nos réseaux".

Parmi les mesures fortes de ce projet, le pouvoir d'infliger des amendes aux opérateurs qui utilisent des équipements Huawei dans leurs infrastructures 5G. Le gouvernement a déclaré il y a quelques mois qu'aucun équipement 5G Huawei ne pourrait plus être acheté par des entreprises britanniques jusqu'à 2027. Pour Victor Zhang, vice-président de Huawei : "il est très décevant de voir que le gouvernement cherche à exclure Huawei du déploiement de la 5G sur son territoire".