Alors que la transformation digitale a été fortement accélérée par la crise du Covid-19 dès le premier confinement de mars 2020, Cisco a mené l’enquête avec Censuswide pour analyser les tendances de ce nouveau monde du travail et du collaborateur de demain.

Dans cette vaste étude européenne, le constat est sans équivoque : l’adoption massive (et au départ forcée) du télétravail a bousculé les habitudes et les normes en entreprise. Alors entre autonomie, flexibilité, choix et hybridation des modes de travail, que révèle ce tour d’horizon ?

Découvrez le point de vue de Laurent Degré, Président de Cisco France, qui met en perspective cette étude et l’analyse pour en faire ressortir les enseignements clés.

Consulter l’étude complète de Cisco

Des chiffres qui démontrent un véritable basculement dans les aspirations des collaborateurs

Si les chiffres impressionnants sont nombreux dans l’étude, cette dernière révèle surtout à quel point les grandes tendances observées sont ancrées dans la réalité. Pour ne citer que certains points intéressants, voici l’ampleur de ce changement de paradigme :

4 % seulement des Français interrogés avaient la possibilité de télétravailler à leur guise avant le confinement du mois de mars 2020.
88 % des salariés français désirent conserver la liberté de choix dans leur mode de travail au quotidien, entre télétravail ou bureau, tout en modulant leurs heures de travail.
55 % des répondants en France affirment vouloir garder l’autonomie qui leur a été imposée lors du 1er confinement.
45 % d’entre eux sont satisfaits d’avoir pu intégrer une activité physique au sein de leurs habitudes, signe d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.
83 % des collaborateurs français feraient des outils de collaboration et de communication efficaces une priorité s’ils avaient la possibilité d’être PDG de leur entreprise le temps d’une journée.

Laurent Degré commente ces chiffres en qualité de président de la branche française de l’entreprise technologique : « Dans le contexte actuel, il est devenu indispensable de favoriser une approche stratégique de la technologie. Assurer la résilience des entreprises est devenu un élément vital pour combler le fossé numérique creusé par la crise. Nous sommes donc face à un nouveau défi : adapter les espaces de travail pour des usages hybrides tout en garantissant une sécurité optimale. »

Il fait d’ailleurs le lien avec une autre étude réalisée par Cisco avec IDC : “Au-delà des collaborateurs interrogés, les décideurs aussi ont réalisé l’importance de mettre en place les processus liés au digital en général. C’est un mode de fonctionnement qu’attendent les salariés : 93 % des décideurs considèrent qu’ils doivent accélérer, notamment sur le télétravail.”

La réussite de cette transition passe par la technologie, mais aussi par le management et la confiance

La transformation digitale, l’adoption du numérique en général et le télétravail ne basent pas leur succès uniquement sur la technologie. Ce n’est qu’un élément parmi d’autres tout aussi importants : la démarche managériale et la confiance entre les parties prenantes.

“Même si l’on fournit l’ensemble des outils aux collaborateurs, cela ne peut pas fonctionner sans une démarche managériale à la hauteur. Il ajoute que dans le contexte de guerre des talents qui a lieu pour les entreprises notamment sur certaines fonctions en tension, “c’est essentiel, car cela devient un critère d’attractivité pour les entreprises, c’est un impératif stratégique. Cette notion de choix et d’attractivité est fondamentale.”

Obtenir l’étude de Cisco

Le rôle du géant technologique Cisco dans le contexte actuel d’accélération de la transformation digitale en entreprise

Laurent Degré rappelle que “80 % du trafic mondial transite sur des équipements Cisco. Depuis toujours, notre métier est de connecter, de transformer et de sécuriser des données.”

Pour aider les entreprises à évoluer aussi rapidement que nécessaire, Cisco s’appuie sur 3 grands piliers, 3 briques qui ont chacune leur importance :

L’architecture du réseau et la qualité de service pour garantir une connectivité optimale, sans quoi les usages digitaux subissent un rejet en raison de dysfonctionnements ;
Les outils (comme Webex, le service de vidéoconférence par Cisco) qui ont pour but d’optimiser la qualité des communications et le parcours utilisateur ;
Un environnement totalement sécurisé, dans la conception et le développement des produits et jusqu’à la gestion des sous-traitants et des partenaires.

Ces 3 briques sont les éléments indispensables à une bonne utilisation et pour que le collaborateur qui va utiliser cette palette d’outils demeure dans un environnement optimum.

Comment mettre en perspective cette étude dans le cadre du reconfinement de l’automne ?

Bien que les chiffres avancés concernent le premier confinement et la période qui a directement suivi, la tendance devrait se poursuivre dans la même direction selon le président de Cisco France : “Je reste convaincu que ces chiffres ne vont pas vraiment bouger, au contraire, les tendances vont s’accentuer. Je ne vois pas de retour en arrière possible. Pendant la première phase, les entreprises ont dû s’équiper et elles ont beaucoup appris. Maintenant, tous les process s’améliorent et s’enrichissent au niveau technologie, managérial et humain.

Nul doute en effet que les entreprises qui ont su tirer parti de l’été 2020 pour prendre de l’avance et investir dans leur transformation digitale sortiront gagnantes de ce reconfinement.

En complément de l’analyse du président de Cisco France, Wendy Mars, Présidente EMEAR chez Cisco a également apporté son point de vue sur l’étude en question :

La pandémie et la rapide adoption des technologies du numérique sont en train de radicalement changer la nature du travail. Nous observons ainsi de nouvelles tendances qui émergent : les individus veulent avoir le choix et plus de flexibilité, les équipes sont plus éclatées et la culture d’entreprise n’a jamais été aussi importante. Les technologies collaboratives basées sur l'intelligence artificielle, les capteurs environnementaux et les analyses avancées sont essentielles. Cela permet de responsabiliser les employés, maintenir les équipes connectées et productives où qu’elles soient, tout en augmentant la sécurité des lieux de travail.

Comme l’affirme Laurent Degré, “la tendance est à l’hybridation et à la flexibilité”. Après une première phase difficile au printemps, parsemée de réticence voire de panique, il souffle désormais un vent de liberté en entreprise : le choix devient une priorité chez les collaborateurs qui ont découvert que le travail pouvait être différent.

Voir l’étude de Cisco