En 2019, seulement 6 mois après avoir rejoint Airbnb, Sean Joyce a quitté son poste de responsable de la confidentialité. Pour cause, l’ancien directeur adjoint du FBI avait épinglé les pratiques de la société sur le partage de données avec la Chine comme le rapporte le Wall Street Journal.

Airbnb a partagé des données privées avec le gouvernement chinois

La société de réservation d'hébergement en ligne a révélé avoir partagé des informations de certains clients avec le gouvernement chinois. Des numéros de téléphone ainsi que des adresses email sont donc envoyés aux autorités chinoises lorsqu’un utilisateur réservait un logement sur le territoire chinois. Que le voyageur soit un citoyen chinois ou d’un autre pays, dès lors qu’il réserve, Airbnb partage les données avec les autorités.

C’est ce contre quoi s’est positionné Sean Joyce, l’ancien responsable de la confidentialité de la société. En effet, il était préoccupé de la portée que pouvaient avoir les données partagées. L’ancien directeur adjoint du FBI était aussi opposé à ce partage de données, il craignait entre autres que cela ne donne trop de pouvoir au gouvernement chinois, et que celui-ci puisse notamment tracé ses citoyens, de même que les étrangers en visite dans le pays.

La société américaine pourrait mettre un terme à ses activités en Chine…

Après avoir présenté son projet d'entrée en bourse, lundi, Airbnb a rendu public un document en amont. Celui-ci précise plusieurs éléments quant à l’activité de l’entreprise en Chine. Il est ainsi indiqué que “Si les règlements (pour la location) changent à l’avenir, nous pourrions être forcés de cesser nos activités en Chine”.

Un arrêt de ces activités serait cependant un coup dur pour la société américaine, puisque la Chine représente un des plus grand marché au monde. Pour l’heure, Airbnb n’a pas souhaité apporter de commentaire. Précisons tout de même : elle ne devrait pas apporter de précision sur le sujet pendant un moment, puisqu’elle se trouve actuellement dans une période calme, concentrée sur son introduction en bourse. Les dirigeants ainsi que les porte-parole de la société subissent donc des restrictions sur leurs prises de paroles…