En février dernier Jeff Bezos, CEO et fondateur d’Amazon, mettait sur les rails sont Bezos Earth Fund : un fonds dédié au financement de scientifiques, activistes et autres organisations oeuvrant dans la lutte contre le changement climatique et impliqués plus globalement dans la « préservation et la protection du monde naturel ». Dans un post publié ce lundi sur son compte Instagram, Jeff Bezos a annoncé quels seront les 16 premiers bénéficiaires de son programme.

791 millions de dollars de donations… dans un premier temps

Ces 16 bénéficiaires se partageront une somme totale de 791 millions de dollars. Parmi eux, le Nature Conservancy, le Natural Resources Defense Council, l’Environmental Defense Fund, le World Resources Institute et le World Wildlife Fund, qui recevront chacun une donation de 100 millions de dollars, tandis que les onze autres bénéficiaires devront se partager les 291 millions de dollars restants. Dans son post, Jeff Bezos explique avoir étudié en profondeur les projets portés par les différents bénéficiaires, pour s’assurer qu’ils « travaillent sur des solutions innovantes, ambitieuses et qui bougent ». L’intéressé a par ailleurs rappelé que le versement de ces 791 millions de dollars n’est « que le début ». Et pour cause, Jeff Bezos a promis d’investir en tout 10 milliards de dollars de sa fortune dans son Earth Fund.

Comme l’indique CNBC, ces fonds seront versés de différentes manières en fonction des bénéficiaires. Certains seront crédités d’une somme allouée à un projet spécifique, tandis que d’autres percevront une bourse qu’ils seront libres de réinvestir auprès d’autres organisations à but non lucratif.

Le versement prochain de ces donations s’inscrit dans une action engagée par Jeff Bezos en faveur de l’environnement, y compris au sein d’Amazon. L’entreprise doit notamment verser, elle aussi, 2 milliards de dollars pour son propre « Climate Pledge Fund » destiné à investir dans des « technologies durables et permettant la décarbonisation ». La compagnie s’est aussi fixé pour objectif de compenser l’intégralité de ses émissions carbone d’ici 2040.