Baidu est sur le point d’acquérir les activités chinoises de YY pour 3,6 milliards de dollars. Avec ce rachat, l’entreprise espère venir concurrencer ses plus grands rivaux sur le marché du partage de vidéos.

S’imposer dans le domaine du live-streaming

Le géant chinois doit absolument se renouveler face à des rivaux qui sont de véritables mastodontes. En effet, tandis que Tencent possède des parts dans la très populaire application de partage de vidéos Kuaishou, ByteDance connaît un succès retentissant avec Douyin, version chinoise de TikTok, à tel point qu’elle est récemment passée devant Baidu en termes de revenus publicitaires. Même en se diversifiant, avec son service de streaming iQIYI par exemple, Baidu a du mal à rester à la hauteur de ses concurrents.

Appartenant à Joyy, YY Live est une plateforme de streaming en direct. Selon Baidu, qui a révélé la nouvelle au même moment de l’annonce de son chiffre d’affaires lors du quatrième trimestre fiscal de l’année, la transaction sera accomplie lors de la première moitié de 2021. Joyy, considérée comme une pionnière dans le domaine du live-streaming en Empire du Milieu, va ainsi pouvoir se concentrer sur ses activités à l’étranger car elle peine à rivaliser face aux géants qu’elle doit affronter.

« Il s’agit d’une mesure offensive après les progrès réalisés dans la construction de notre écosystème mobile. Baidu va devenir l’une des principales plateformes de streaming en direct en Chine, en faisant un nouveau bond en avant dans la stratégie de diversification des revenus »,
a déclaré le directeur général de la firme, Robin Li, dans un mémo envoyé au personnel et consulté par le média Bloomberg.

Des difficultés face aux autres mastodontes

À titre de comparaison, Kuaishou a obtenu 300 millions d’utilisateurs actifs quotidiens au mois de juin, contre 400 millions pour Douyin. L’application principale de Baidu, quant à elle, en comptait 200 millions au mois de septembre, tandis que YY Live a enregistré 40 millions d’utilisateurs actifs mensuels lors du troisième trimestre 2020. Avec cette acquisition, Baidu compte bien revenir sur le devant de la scène et se relancer, mais l’affaire semble compliquée selon Raymond Feng, un expert basé à Shanghai : « Baidu est toujours très en retard. Trois à cinq ans après que le marché soit déjà là, elle commence à faire son entrée. On dirait que cela n’a pas beaucoup changé, et ce n’est pas génial pour une société internet chinoise ».

En outre, Baidu va devoir faire face aux nouvelles régulations décidées par le Parti communiste du pays, qui souhaite limiter le monopole des géants de la tech. Dans un pays où Google n’est pas autorisé, le moteur de recherche Baidu a déjà connu des problèmes avec les régulateurs pour du contenu considéré problématique… Seul l’avenir nous dira si sa nouvelle acquisition lui permettra de revenir sur le devant de la scène.