Au cours des cinq prochaines années, Volkswagen va investir 73 milliards d’euros dans les technologies d’avenir, et en particulier dans le développement de véhicules électriques, rapporte le Wall Street Journal. L’objectif est clair : détrôner Tesla, actuellement premier constructeur mondial de voitures électriques.

Volkswagen investit dans le futur

L’industrie automobile est en train de vivre l’une des plus grandes transformations de son histoire : véhicules autonomes, véhicules électriques, chaînes de productions de plus en plus numériques… Un tournant est en train de se dessiner, et Volkswagen semble bien décidé à ne pas passer à côté.

C’est pourquoi le constructeur allemand a annoncé qu’entre 2021 et 2025, il allouerait 73 milliards d’euros (soit plus de la moitié de son budget de 150 milliards d’euros en dépenses d’investissement) pour accélérer le développement de ses usines numériques, des logiciels automobiles, ainsi que des voitures autonomes et des véhicules électriques.

C’est une hausse de budget d’environ 17% par rapport aux 60 milliards d’euros alloués à cette même branche entre 2016 et 2020, et elle se répartie de la façon suivante :  35 milliards d’euros seront consacrés au développement des voitures électriques, 27 milliards d’euros seront investit dans la digitalisation des usines, et 11 milliards d’euros seront dépensés pour la création de versions hybrides à tous les anciens modèles de la marque.

Une concurrence directe à Tesla

Cette année, Volkswagen a lancé la ID.3, le premier modèle d’une nouvelle génération de véhicules tout électriques. Si cette petite voiture compacte a reçu de nombreux retours négatifs concernant sa qualité et ses caractéristiques logicielles, elle a tout de même enregistré d’excellentes ventes, permettant ainsi au constructeur allemand de dépasser Tesla en septembre en terme de ventes de véhicules électriques en Europe.

Une première victoire significative qui semble prometteuse pour Volkswagen. Pourtant, le constructeur automobile le sait : il ne lui est pas permis de se reposer sur ses lauriers s’il souhaite détrôner Tesla.

Rappelons qu’en octobre 2020, la firme d’Elon Musk a annoncé avoir enregistré le « meilleur trimestre de son histoire » et ce, malgré la crise sanitaire actuellement en cours. Plus encore, Tesla est en ce moment même en train de construire en Allemagne sa première Gigafactory d’Europe. Avec une date d’ouverture prévue pour l’année 2021, celle-ci permettra au constructeur de véhicules électriques de s’attaquer de façon plus frontale et offensive au marché européen. De quoi rendre la tâche bien plus difficile à Volkswagen.