Les autorités turques viennent d’infliger une amende de 25,6 millions de dollars à Google pour abus de position dominante, et lui donnent six mois pour changer les choses.

La Turquie contrôle son internet

La firme de Mountain View enchaîne les débâcles judiciaires dans le monde entier. Cette fois-ci, c’est en Turquie qu’elle rencontre des problèmes. Suite à une enquête sur les activités de l’entreprise, le comité chargé de la compétitivité dans le pays a décidé de sévir et d’exiger une amende de la part de Google. Il lui est notamment reproché d’avoir eu recours à des pratiques déloyales par rapport à la publicité, en mettant en avant des entreprises au détriment d’autres dans les résultats sur son moteur de recherche.

Plus tôt cette année, Google a reçu une amende de la part des autorités turques pour le déploiement de tactiques compétitives jugées agressives. En 2018 également, une autre amende lui avait été infligée dans le pays, pour pratique déloyale une fois de plus. Le montant à payer est insignifiant pour Google, qui enregistre des chiffres d’affaires hallucinants à chaque semestre, atteignant plusieurs milliards d’euros. Néanmoins, la deadline de six mois fixée par le gouvernement turque pour changer sa stratégie publicitaire est préjudiciable au géant de la tech, puisqu’il risque d’être banni dans le pays s’il ne s’exécute pas. Google pourrait en effet être réticent à respecter ces restrictions car cela pourrait avoir une incidence sur ses activités dans d’autres pays émergents.

Cette sanction financière intervient, par ailleurs, alors que la Turquie exerce une importante mainmise sur les services Internet, ceux de Google compris.

De tous les côtés

Contacté par Engadget, Google a réagi en niant avoir eu recours à des pratiques déloyales :

« Les gens attendent de Google qu’il leur donne des résultats de recherche pertinents et de qualité, auxquels ils peuvent faire confiance. C’est pourquoi nous vendons de la publicité, et non des résultats de recherche, et chaque annonce sur Google est clairement marquée et mise à part des résultats. Nous continuerons à travailler de manière constructive avec la Turquie et à lutter contre les idées fausses sur le fonctionnement de la recherche Google ».

Google possède un monopole sans précédent sur Internet, notamment grâce à son moteur de recherche que la firme exploite pour son activité publicitaire. Toutefois, de plus en plus d’États partent au front et tentent de limiter le pouvoir de l’entreprise. Actuellement, elle est sous le coup d’enquêtes antitrust en Inde et en Chine, et s’attend à un procès historique aux États-Unis.