D’après le média TechCrunch, Uber est en pourparlers avec la startup Aurora pour vendre son unité dédiée au développement de véhicules autonomes, Uber Advanced Technology Group (ATG). Cette décision indique un changement profond de cap de la part du géant américain, largement encouragé par la pandémie de Covid-19.

Uber ATG a connu d’importantes difficultés

Si pour le moment, on ignore le montant envisagé pour ce rachat, les deux entreprises seraient en discussion depuis le mois d’octobre. La startup Aurora, basée à San Francisco, est spécialisée dans le développement d’un système de pilotage autonome et a déjà convaincu des gros noms de l’industrie : elle a par exemple établi un partenariat avec Hyundai et a également bénéficié d’un investissement de la part d’Amazon.

De son côté, Uber a commencé à développer son unité en 2015 et a reçu les aides de véritables géants. En 2019, la firme a levé 1 milliard de dollars pour son programme de voitures autonomes, avec des investissements de Toyota ou encore de SoftBank. Il y a encore deux ans de cela, l’entreprise misait son avenir sur cette technologie et les usages qui en découlent, et envisageait notamment de déployer une flotte de robotaxis. Une solution permettant ainsi de remplacer ses chauffeurs par un système d’intelligence artificielle. Se concentrant principalement sur le transport, Uber avait également mis en place Uber Freight, unité spécialisée dans l’acheminement de marchandise.

Uber ATG a toutefois essuyé plusieurs difficultés. L’affaire Levandowski l’a notamment entraîné dans une débâcle judiciaire avec Waymo, l’entreprise spécialisée dans les véhicules autonomes de Google. En 2017, la mort d’une piétonne en Arizona causée par l’un de ses véhicules a en outre mis un frein aux activités de la firme, qui a dû stopper ses tests dans les rues américaines suite à ce drame.

Uber, bientôt une super application ?

En plus de ces désagréments, la pandémie de Covid-19 est passée par là et a considérablement affecté les activités d’Uber. Au mois de mai, elle enregistrait 3 milliards de dollars de pertes à cause de la crise. Si Uber travaillait déjà au développement de nouveaux services, le bouleversement entraîné par le coronavirus a accéléré ce processus et poussé la firme à revoir ses plans. Elle a ainsi vendu des parts d’Uber Freight et acquis Postmates, en plus de largement booster Uber Eats, service qui a explosé pendant les mesures de confinement entreprises dans le monde.

Pour le moment, ni Uber, ni Aurora n’ont commenté les informations dévoilées par TechCrunch. Il semblerait toutefois que l’entreprise confirme la tendance de ces derniers mois et mette son unité de transport de côté au profit de services, en prenant exemple sur des super applications chinoises à l’image WeChat. Ce n’est sans doute pas pour rien si elle a récemment lancé Uber Money, une division dédiée aux services financiers.

Elle a par ailleurs diversifié son activité durant l’année, en se lançant dans la livraison de colis et de courses.