Itinéraire d’une dégringolade pour PUBG en Inde. Jeu mobile le plus téléchargé sur place il y a encore quelques mois avec près de 50 millions de joueurs locaux, le titre s’est vu purement et simplement banni du marché indien en septembre. Le motif ? La trop grande proximité de la PUBG Corporation (éditeur et développeur sud-coréen de PUBG, anciennement Ginno Games) avec le géant chinois Tencent. Un problème pour l’Inde qui a depuis plusieurs mois rallié le camp de la défiance à l’égard de la Chine, sur le terrain de l’applicatif et de l’électronique. Aujourd’hui banni d’Inde, PUBG Mobile compte néanmoins y revenir sous une forme nouvelle.

PUBG Corporation ne veut pas laisser l’Inde et ses centaines de millions de joueurs lui échapper

Pour ce faire, la PUBG Corporation souhaite se donner les moyens de son ambition et assure être prêt à mettre pas moins de 100 millions de dollars sur la table pour que ce come-back se fasse. La firme souhaite aussi la jouer fine avec les autorités, plus que jamais tatillonnes, en évoquant la création d’une antenne indienne chargée de superviser le retour de PUBG sur le territoire. PUBC Corp. explique par ailleurs vouloir « maximiser la sécurité des données et répondre aux préférences locales » et indique que son investissement de 100 millions servira à dynamiser « le gaming, l’esport, l’entertainment, mais aussi les industries technologiques » en Inde. On ignore néanmoins quand cette nouvelle version de PUBG Mobile sera lancée, note pour sa part The Verge.

Au delà du simple cas de PUBG Mobile, l’annonce de ce retour est importante. Elle laisse en effet entendre que le gouvernement indien pourrait, sous une forme ou une autre, autoriser à terme le retour d’autres applications chinoises bannies de son territoire. Parmi elles, TikTok et WeChat, entre autres, exclues après avoir été accusées de « voler et transmettre subrepticement les données des utilisateurs de manière non autorisée à des serveurs situés en dehors de l’Inde ».

Reste que le come-back de PUBG reste malgré tout un cas spécifique : PUBG appartient à une compagnie sud-coréenne qui a par conséquent plus de facilité à se défaire de la Chine pour revenir en Inde au moyen d’une antenne locale. Difficile de savoir comment des applications entièrement chinoises, comme TikTok, pourraient procéder autrement qu’en cédant leurs activités en Inde à des entreprises locales.