Orange l’a confirmé. L’opérateur le plus populaire de France activera bel et bien son réseau 5G le dimanche 18 novembre prochain. Interrogé par BFMBusiness, le PDG d’Orange, Stéphane Richard, a toutefois déclaré que l’engouement des utilisateurs ne serait pas pour tout de suite.

500 antennes sur le territoire français

La date a été annoncée la semaine dernière, quelque temps après la fin des enchères destinées à attribuer les fréquences de 3,4 à 3,8 GHz aux différents opérateurs français. Ces enchères ont eu lieu entre le 29 septembre et le 1er octobre. C’est Orange qui a remporté le bloc de fréquences le plus important, devant SFR puis Bouygues et Free.

Si l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (Arcep) avait laissé entendre que davantage de temps serait nécessaire au déploiement du réseau, Orange va activer la 5G dans les zones où ses antennes sont présentes le 18 novembre prochain : « Le 18 novembre (…) nous pourrons en effet proposer une connexion 5G là où elle sera possible techniquement (…) et si les clients ont un terminal compatible 5G », a déclaré Stéphane Richard dans l’émission Good Morning Business.

Au total, 500 antennes sont dispersées dans l’Hexagone : Orange en possède 353, Bouygues Telecom 73, SFR 54 puis Free Mobile 9. Comme le notent nos confrères de 01Net, Orange a testé la 5G dans les zones de Paris, Pau, Lille, Marseille, Douai, Châtillon, Saint-Denis, Villejuif, Lille, Linas, Sophia Antipolis puis sur la ligne de TGV Lyon/Mâcon. Ce seront probablement les territoires dans lesquels le réseau sera lancé le 18 novembre.

Un déploiement progressif

Bien que la 5G fasse ses débuts en cette fin d’année 2020, elle ne sera pas adoptée à grande échelle pendant un bon bout de temps, sans doute vers la fin 2021, prévient Stéphane Richard. Le déploiement se fera en effet de manière progressive : « Au moins dans un premier temps, mais qui va être long, on ne construira pas d’antennes nouvelles, on gardera les antennes actuelles et on les passera de la 4G à la 5G ».

Par ailleurs, il faudra que les consommateurs s’équipent de smartphones compatibles avec la 5G, et que les prix des offres ne flambent pas d’un coup. Sur ce dernier point, le PDG d’Orange se veut rassurant : « Il y aura des augmentations de prix certainement à partir du moment où on propose plus (mais) la 5G n’entraînera pas une flambée de la téléphonie en France, la concurrence est là pour y veiller ».

Pour rappel, les opérateurs français ont dépensé 2,78 milliards d’euros pour l’obtention des fréquences 5G.