Pegatron, entreprise taïwanaise de fabrications et d’assemblages de pièces électroniques, s’est fait épingler par Apple à cause de travailleurs étudiants qui effectuaient des heures de nuit. « Pegatron a mal classé les travailleurs étudiants de son programme et a falsifié des documents afin de dissimuler des violations de notre code, notamment en permettant aux étudiants de travailler la nuit et/ou de faire des heures supplémentaires et, dans certains cas, d’effectuer des travaux sans rapport avec leur spécialité », détaille la marque à la pomme dans une déclaration révélée par Bloomberg.

Face au non-respect de son code de conduite, qui inclut notamment l’interdiction des quarts de nuit pour les étudiants, Apple suspend toute nouvelle activité jusqu’à ce que Pegatron prenne des mesures correctives. « Dès l’annonce de cette pratique non conforme, nous avons immédiatement retiré les étudiants des chaînes de production et avons travaillé avec notre client et des experts tiers pour prendre les dispositions nécessaires pour qu’ils retournent chez eux ou à l’école avec une compensation appropriée ainsi que tout le soutien et les soins nécessaires », explique Pegatron dans un communiqué. En outre, les mesures correctives sont déjà à l’étude, selon un porte-parole de Pegatron : « Nous travaillons sur les mesures correctives et nous sommes confiants que nous allons bientôt les mettre en place ».

En 2013, Pegatron a déjà été pointé du doigt par l’organisation non gouvernementale China Labor Watch à cause d’heures supplémentaires non rémunérées et de sous-paiement des travailleurs étudiants dans une usine située à Shanghai.

Pegatron produit actuellement des pièces pour les iPhone 5G. Ce contrat ne sera pas impacté, car il a été conclu avant le blâme d’Apple. En outre, les deux entreprises travaillent actuellement pour installer l’assemblage des iPhone en dehors de la Chine. « L’activité actuelle de Pegatron sur les iPhone ne devrait pas être affectée. Cependant, il est probable que Pegatron perde quelques commandes sur les nouveaux appareils d’Apple l’année prochaine au profit de Luxshare, qui est sur le point de devenir le nouvel assembleur d’iPhone en 2021 », estime Jeff Pu, analyste chez GF Securities.

Le chinois Luxshare est un des concurrents de Pegatron, ou de Foxconn, un autre sous-traitant d’Apple, qui a fait la une en 2010, à cause de 18 suicides d’ouvriers, âgés de 17 à 25 ans. En cause, une nouvelle fois, les conditions de travail : importants quotas de production, cadence élevée, réunions non payées, beaucoup d’heures supplémentaires, alternance des horaires de jour et de nuit, interdiction de s’absenter – même pour cause de maladie -, violence verbale, chambres de 10m2. En réponse, Foxconn avait installé des filets sous les fenêtres des logements occupés par ses employés pour les dissuader de se suicider. Si le problème se répète, en 2017 avec l’exploitation d’étudiants, c’est peut être que sa source n’est pas les sous-traitants qui se plient aux prix du marché, mais les politiques prix qui incluent des coûts de main-d’œuvre souvent incompatibles avec des conditions de travail décentes. Il reste donc à voir quelles seront les mesures correctives de Pegatron, et quel traitement Luxshare accorde à ses salariés.