Après les États-Unis puis la Chine, Google est désormais dans le viseur des autorités indiennes. Ces dernières lui reprochent en effet d’abuser de la position dominante d’Android pour, notamment, mettre en avant Google Pay.

L’Inde estime que Google a des pratiques déloyales…

L’agence chargée de surveiller les pratiques déloyales, la Competition Commission of India (CCI), vient en effet de lancer des poursuites à l’encontre de la firme de Mountain View après plusieurs mois d’enquête. Dans le document officiel, Google est accusé de « privilégier injustement Google Pay en le plaçant en bonne place sur le Play Store, Android OS et les smartphones basés sur Android en faussant les résultats de recherche sur le Play Store en faveur de Google Pay ».

Selon la CCI, Google applique « une condition injuste et discriminatoire », portant largement préjudice aux applications concurrentes de Google Pay en Inde. Pour rappel, Google Pay est l’un des services de paiement les plus populaires dans le pays sud-asiatique, où il se place juste derrière PhonePe de Walmart. Comparant la façon de faire du géant de la tech à ses pratiques sanctionnées en Europe, la CCI note également :

« Google exige des développeurs d’applications qu’ils utilisent exclusivement le système de paiement du Play Store et le système de facturation de Google Play In-App pour facturer les utilisateurs qui achètent des applications sur le Play Store ou achètent des biens/services à l’intérieur d’une application. De plus, comme Apple, Google facture aux développeurs d’applications une commission de 30% pour leur permettre d’utiliser le système de paiement du Play Store et le système de facturation de Google Play In-App ».

… et Google se défend

De son côté, la firme de Mountain View se défend en assurant que cette taxe est « basée sur le marché, légitime et pro-concurrentiel car les frais de service permettent à Google de couvrir les frais de tiers et de soutenir ses investissements importants et continus dans Play, y compris les vastes ressources qu’il développe pour les développeurs eux-mêmes ». Pour Google, l’environnement très compétitif dans lequel elle se trouve en Inde justifie ces pratiques.

« De nombreux canaux de distribution existent pour les applications sur la plate-forme Android ; Play n’est pas la seule option de distribution d’applications pour Android. Les utilisateurs choisissent Google Play parce que nous leur garantissons une expérience sûre, sécurisée et transparente. Le système de facturation de Play est un élément fondamental pour répondre à cette attente des utilisateurs et contribue à garantir la poursuite de notre investissement dans les nombreux éléments importants nécessaires au succès des développeur », affirme un porte-parole de la firme à TechCrunch.

Un marché clé

Ce nouveau revers risque d’être difficile à encaisser pour Google qui mise beaucoup sur le marché indien, et pour cause : Android équipe 99% des smartphones dans le pays. Plus tôt cette année, le géant du web a ainsi investi 10 milliards de dollars en Inde, dans le but d’y développer le secteur numérique.

Par ailleurs, l’entreprise est également sous le coup d’une enquête pour pratiques anticoncurrentielles en Chine, mais aussi aux États-Unis où elle va devoir faire face à l’un des procès antitrust les plus importants de l’Histoire.