Vous êtes développeur ou travaillez dans un service SI ? L’informatique quantique hante vos pensées depuis longtemps ? Alors les nouvelles conférences mises en ligne par le CERN (l’organisation européenne pour la recherche nucléaire) devraient vous plaire.

Sept semaines de conférences en ligne

Un cours en ligne pour maîtriser l’informatique quantique sera bientôt disponible sur le site du CERN. L’occasion d’en savoir plus sur les qubits, les algorithmes quantiques ou encore le machine learning. Une série de conférences diffusée tous les vendredis pendant sept semaines, jusqu’au 18 décembre.

Avec cette série de vidéos, le CERN veut accompagner les développeurs dans la mise en œuvre d’algorithmes quantiques sur les ordinateurs quantiques IBM Quantum Experience et D-Wave Leap. C’est Elías Fernández-Combarro Álvarez, professeur d’informatique à l’université d’Oviedo en Espagne, qui est à la baguette.

Le CERN et IBM collaborent déjà ensemble sur un projet de processeur quantique de plus de 1 000 qubits. Dario Gil, directeur de la recherche chez IBM, s’exprimait récemment sur ce sujet. IBM souhaite se positionner comme un moteur de cette industrie naissante, et non pas comme un simple centre de recherche, comme c’est le cas chez Intel.

Un projet qui va dans le sens de celui du ministère de l’Énergie américain qui dévoilait récemment son plan pour un Internet quantique national. De son côté, le CERN veut évaluer l’impact potentiel des technologies quantiques sur la physique des hautes énergies dans le contexte du LHC (le « grand collisionneur de hadrons ») dans le quel le CERN a investi 20 milliards d’euros.

Le CERN veut former aux applications de l’informatique quantique

Au cours de ces conférences, Elías Fernández-Combarro Álvarez fera découvrir à ses auditeurs les concepts de base du modèle de circuit quantique. Il sera notamment question de qubits, les portes de qubits, les algorithmes quantiques, le protocole de cryptographie quantique BB84 pour la distribution de clés, les applications de l’informatique quantique ou encore l’apprentissage des machines quantiques.

Le dernier cours du CERN interrogera par exemple les participants sur ce qu’est la « suprématie quantique ». Selon Viva Technology, le secteur du quantique pèsera 1 000 milliards de dollars en 2035. Un énorme marché auquel les développeurs et différents acteurs doivent être prêts.

Google et IBM tentent justement de s’accaparer cet immense marché. L’année dernière, Google affirmait que sa puce Sycamore avait atteint la suprématie quantique. Il n’aura pas fallu très longtemps à IBM pour contester cette affirmation. Pour Dario Gil, directeur de la recherche chez IBM, cette affirmation serait tout simplement fausse.

Simon Perdrix, directeur du Groupe de Travail Informatique Quantique du CNRS explique qu’il est très difficile de pouvoir démontrer la « suprématie quantique » : « il faut d’abord prouver que l’ordinateur classique ne peut pas faire le calcul ». Ce que met justement en exergue l’équipe d’IBM.