ByteDance, maison-mère de TikTok, serait sur le point de lever 2 milliards de dollars auprès d’investisseurs, avant de coter certaines de ses entreprises à la bourse de Hong Kong, a rapporté Bloomberg le 5 novembre dernier en citant des sources proches de l’affaire qui ont souhaité préserver leur anonymat.

Si ses plans aboutissent, ByteDance serait valorisée à 180 milliards de dollars

ByteDance met les bouchées double en cette fin d’année 2020. Après avoir annoncé la création de 10 000 nouveaux emplois, la maison-mère de TikTok serait actuellement en pourparlers avec un groupe d’investisseurs (parmi lesquels Sequoia Capital) pour lever 2 milliards de dollars, ce qui porterait sa valorisation totale à 180 milliards de dollars (environ 151,6 milliards d’euros). Rappelons qu’en mai 2020, ByteDance était valorisée à 100 milliards de dollars et qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, elle est valorisée à 140 milliards de dollars selon les chiffres rapportés par CB Insights.

Cette levée gargantuesque permettrait également à l’entreprise pékinoise de commencer à préparer certaines de ses entreprises – telles que la version chinoise de TikTok baptisée Douyin et Toutiao, une plateforme de contenu d’actualités et d’informations – à une cotation à Hong Kong.

Lestée par la guerre commerciale guerre sino-américaine, Hong Kong pourrait reprendre des forces

Entre la crise sanitaire mondiale, les crises politiques locales et la guerre commerciale sino-américaine, la Bourse de Hong Kong a beaucoup souffert ses derniers mois. L’arrivée des puissantes entreprises de ByteDance dans son portefeuille serait alors vécue comme une bouffée d’air frais. D’autant plus que, comme le souligne Bloomberg, les services de ByteDance en Chine restent les plus lucratifs : Douyin a dépassé les 600 millions d’utilisateurs actifs quotidiens au mois de septembre, quand Toutiao compte 1,5 milliard d’utilisateurs actifs par mois.

Notons par ailleurs que Pékin a appelé ses entreprises à se coter à Hong Kong et à Shanghai, suite à une vague de cotations à Wall Street. Un appel manifestement entendu par ByteDance, mais aussi par Ant Group, propriétaire d’AliPay, qui devait entrer en Bourse le 5 novembre dernier. Son introduction a toutefois été suspendue à la dernière minute par les autorités du pays en raison de la crainte d’un manque de régulation. Enfin, Kuaishou Technology, plus grande rivale locale de ByteDance, a elle aussi déposé une demande d’introduction à la Bourse de Hong la semaine dernière.