L'heure est au bilan pour les grandes entreprises. Après Alphabet, Microsoft, Tesla ou encore Snapchat, c'est au tour de Facebook de dévoiler les résultats de son troisième trimestre 2020. Ce jeudi 5 novembre, nous apprenons ainsi que le groupe de Mark Zuckerberg a enregistré une impressionnante hausse de 22% de ses revenus mais qu'il perd, en parallèle, des utilisateurs aux Canada et aux États-Unis.

Les finances de Facebook se portent bien, merci la publicité

Facebook a connu un "bon trimestre", estime Mark Zuckerberg à la publication des résultats de sa firme. Au total, l'entreprise a enregistré 21,47 milliards de dollars de chiffre d'affaires, soit une hausse de 22% par rapport à l'année précédente. C'est également une croissance considérable par rapport au trimestre précédent qui comptabilisait 18,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

Notons qu'à elle seule, la publicité a généré 98,84% du chiffre d'affaires de Facebook lors de ce dernier trimestre, soit 21,47 milliards de dollars. De toute évidence, le boycott des annonceurs n'aura pas eu raison de la firme de Mark Zuckerberg. Enfin, le réseau social atteint les 7,84 milliards de dollars de revenus nets au troisième trimestre 2020, contre 5,18 milliards de dollars au second trimestre de cette même année.

Selon les estimations de Facebook, le quatrième et dernier trimestre 2020 devrait être encore meilleur en terme de revenus publicitaires. Un pari sans réel risque puisque la demande des annonceurs est toujours plus importantes à cette période, en raison des fêtes de fin d'année. Le réseau social espère également l'Oculus Quest 2, sorti le 13 octobre dernier, permettra de renflouer encore davantage ses caisses.

Une baisse d'utilisateurs en rebond à la spectaculaire croissance due au confinement

À la clôture de son troisième trimestre 2020, Facebook comptait 2,74 milliards d'utilisateurs actifs par mois et 1,82 milliard d'utilisateurs actifs quotidien, soit une hausse de 12% par rapport à l'année précédente. Des résultats que le réseau social ne doit pas aux États-Unis, ni au Canada, puisque sur ces deux territoires, le nombre d'utilisateurs actifs est légèrement en baisse.

Pas de quoi inquiéter le groupe de Mark Zuckerberg pour autant. Pendant le confinement de début d'année, Facebook (comme d'autres réseaux sociaux) a connu une croissance spectaculaire du nombre de ses utilisateurs. Une légère perte était donc à prévoir et pourrait même se poursuivre au cours des prochains mois.