D’après le média The Information qui a repéré plusieurs offres d’emploi supprimées depuis, Amazon est en train de travailler sur un moyen de livrer elle-même ses clients dans les régions isolées et campagnardes des États-Unis, plutôt que de dépendre du service postal du pays.

« Wagon wheel »

Lors de l’année fiscale 2019, Amazon a généré 1,5 milliard de dollars à la poste américaine. Cette dernière a en effet livré pas moins de 1,56 milliard de colis durant cette même période, et ce chiffre devrait largement augmenté cette année. Les commandes en ligne ont en effet explosé durant les périodes de confinement, et continuent d’être élevées alors que de nombreux Américains continuent de pratiquer la distanciation physique.

Cependant, la firme de Jeff Bezos semble déterminée à mettre un terme à ce partenariat avec le service postal. Elle prévoirait ainsi de développer son propre système de livraison pour appuyer ses centres d’expédition dans les zones rurales, grâce à un plan baptisé en anglais « wagon wheel ».

La pandémie a largement profité à la firme

Cette nouvelle n’est pas si surprenante. La semaine dernière, le géant du eCommerce a révélé son chiffre d’affaires pour le troisième trimestre 2020 et, par la même occasion, affirmé que l’investissement dans ses infrastructures de livraison allait accroître au cours des prochaines années. Brian Olsavsky, directeur financier d’Amazon, a ainsi révélé que la superficie consacrée à la logistique allait grandir de 50%.

Contacté par The Verge, un porte-parole de l’entreprise n’a ni confirmé ni réfuté cette annonce : « Les incroyables employés et partenaires de l’entreprise s’unissent pour offrir des services à nos clients, chaque jour et pendant toute la période des fêtes. Cela inclut l’offre d’options de livraison rapides, gratuites et pratiques pour les clients, fournies par nos partenaires de transport et nos équipes de livraison internes ».

Amazon peut se permettre de développer son service de livraison. La firme de Jeff Bezos est en effet sortie grande gagnante de la pandémie de Covid-19 : elle a doublé son chiffre d’affaires lors du second trimestre de cette année, qui correspond aux mesures de confinement entreprises dans différentes pays du monde.

Elle doit néanmoins faire face au scepticisme des autorités américaines à son égard avec un procès antitrust pour pratiques déloyales qui lui pend au nez.