En Chine, le géant du eCommerce JD.com prévoit de déployer 100 véhicules de livraison autonomes dans les rues de la ville de Changshu, rapporte le South China Morning Post. Le développement de cette technologie est largement boosté par la pandémie de Covid-19.

Un secteur logiquement en plein boom

Les robots de livraison font parler d’eux depuis quelques années déjà, notamment aux États-Unis avec des firmes comme Amazon ou FedEx qui ont testé leur déploiement dans les rues de plusieurs villes. À l’instar d’autres services technologiques, leur utilité semble beaucoup plus évidente aujourd’hui, alors que le monde est frappé par une pandémie et que la population est appelée à respecter la distanciation sociale.

Il n’est donc pas étonnant de voir ce secteur se développer en Chine, terrain propice aux innovations où de véritables géants du eCommerce prospèrent. JD.com prévoit ainsi de lancer une flotte de robots de livraison dans le pays, à commencer par 100 cette année à Changshu dans la province de Jiangsu, puis plus de 100 000 dans les cinq prochaines années sur le reste du territoire. La firme a d’ailleurs commencé à les déployer dans les rues de la ville au mois d’août, après avoir testé sa technologie de conduite autonome Level-4 à Wuhan lors des mesures de confinement qui ont été imposées à la métropole. Durant cette période, les robots ont parcouru 6 800 kilomètres et livré 13 000 paquets.

Ressemblant à des minivans, les véhicules sont dotés de renseignements intégrés pour planifier leurs propres itinéraires et livrer les colis à bon port. Il peuvent en outre parcourir la distance de 50 kilomètres en une seule charge. Une fois arrivé, le système appelle ou envoie un message au destinataire et lui fournit un code afin que celui-ci vienne le chercher. Après avoir attendu un certain temps en cas d’absence, le robot est capable de reprogrammer sa livraison.

Une technologie encore en développement

Alibaba, concurrent numéro 1 de JD.com dans l’Empire du Milieu, a dévoilé son propre véhicule autonome de livraison capable de transporter 50 colis au mois de septembre. En 2019, c’était l’entreprise chinoise Neolix qui débutait la production industrielle de robots livreurs.

La pandémie a logiquement accéléré cette tendance, mais malgré cela, le déploiement de ces véhicules ne se fera pas aussi rapidement que l’on pourrait penser : « Pour parvenir à une utilisation à grande échelle, il faudra au moins 10 ans, voire 20 ans, car les entreprises doivent trouver un modèle commercial et savoir comment en tirer profit. Il existe des politiques de soutien pour le déploiement de véhicules de livraison sans pilote, mais une mise en œuvre spécifique des règles de base de la part du gouvernement est encore nécessaire », explique l’analyste Zhao Yue de la firme Analysys.