Le géant américain Intel vient d’accepter de céder sa division NAND, une branche spécialisée dans la mémoire flash, pour 9 milliards de dollars au profit de SK Hynix, une entreprise Sud-Coréenne.

Une vente stratégique pour l’américain

Cette vente doit permettre à Intel de se concentrer sur d’autres activités, notamment l’intelligence artificielle, la 5G et l’informatique quantique. Bob Swan, CEO de l’entreprise, a déclaré que « cette transaction va nous permettre de mieux hiérarchiser nos investissements dans des technologies différenciantes, là où nous pourrons jouer un rôle plus important dans le succès de nos clients et offrir des rendements intéressants à nos actionnaires ». Un choix stratégique de la plus haute importance.

Cet accord va logiquement faire de SK Hynix l’un des plus grands fabricants de SSD au monde, juste après Samsung Electronics. Intel met au fil des mois en place sa stratégie. L’année dernière, l’entreprise avait déjà vendu la majorité de ses activités dans le domaine des modems pour smartphone à Apple pour environ 1 milliard de dollars. Intel veut désormais se consacrer à quelques domaines bien précis pour ne pas s’éparpiller.

Intel cède sa branche NAND pour se concentrer sur d’autres activités

SK Hynix, l’entreprise basée à Séoul qui rachète les activités du géant américain, reprend le flambeau de deux divisions : les SSD et les composants NAND (avec la fonderie NAND basée à Dalian, en Chine). Intel précise qu’elle conserve son activité Optane. Une division qui fabrique des modules de mémoire SSD et qui semble enfin devenir profitable pour l’entreprise. L’approbation réglementaire définitive est attendue pour la fin de l’année 2021 et la clôture finale de tous les actifs, dont la propriété intellectuelle liée à NAND, n’aura pas lieu avant mars 2025.

Intel a prévu d’utiliser ces 9 milliards de dollars pour faire avancer ses priorités de croissance à long terme, y compris dans les domaines de l’intelligence artificielle, de la 5G et de l’informatique quantique. Intel prévoit notamment de fabriquer un processeur quantique de 1 000 qubits pour 2023. En attendant que la vente se fasse, Intel continuera de fabriquer des plaquettes NAND dans son usine de Dalian. Cette fonderie est la seule grande usine d’Intel en Chine. Cette acquisition va donc inéluctablement réduire la présence de l’entreprise dans l’Empire du Milieu.

Ce n’est peut-être pas un hasard quand on sait que depuis plusieurs mois le gouvernement américain impose des restrictions commerciales sur les produits fabriqués en Chine, même par des entreprises américaines. Google a notamment prévu de délocaliser la production du Pixel de la Chine vers le Vietnam et Apple dit qu’il pourrait retirer entre 15% et 30% de sa production de Chine. De son côté, le PDG de SK Hynix, Seok-Hee Lee, a déclaré que l’accord permettra à la société sud-coréenne d’optimiser son offre commerciale grâce à NAND.