Le 14 octobre 2020, le New York Post a publié un article visant directement la famille de Joe Biden. L’article controversé laisse entrevoir une relation douteuse entre le fils de Joe Biden, Hunter Biden, et un groupe gazier en Ukraine. Facebook et Twitter ont décidé de limiter la diffusion de cet article sur leurs plateformes, ce qui n’est absolument pas du goût des républicains.

 La famille Biden a-t-elle été protégée ?

Si Facebook et Twitter sont généralement accusés d’agir trop lentement en ce qui concerne la limitation de la propagation des fausses informations, cette fois-ci les deux réseaux sociaux ont été particulièrement efficaces. Ils ont tous les deux décidé de limiter la diffusion de ce fameux article du New York Post dont ils estiment que les faits révélés ne sont pas vérifiés. Cet article prétend contenir des révélations brûlantes sur Hunter Biden, le fils du candidat démocrate aux présidentielles américaines.

La période est de plus en plus tendue, nous sommes à deux semaines du vote et le choix des américains se fait en ce moment même. Suite aux demandes des membres républicains du Sénat, les deux PDG de Twitter et de Facebook ont accepté de témoigner devant la commission sénatoriale dans deux semaines seulement, le 28 octobre, soit moins d’une semaine avant le jour des élections. Facebook et Twitter avaient vraisemblablement des raisons très différentes de limiter la diffusion de ce contenu sur la famille Biden et ont utilisé des méthodes diverses pour réduire la diffusion de cet article.

Facebook et Twitter affirment avoir respecté leurs politiques

La raison pour laquelle Twitter a décidé de limiter la diffusion de cet article est liée à l’obtention des informations de la part du New York Post. Twitter affirme qu’il est contraire à sa politique de partager des articles dont les révélations sont basées sur un piratage. Le réseau social a donc totalement bloqué le partage de cet article.

Pourtant le New York Post a affirmé que la source d’information des faits était un ordinateur portable qu’un propriétaire d’un atelier de réparation du Delaware croyait appartenir à Hunter Biden. Lorsque personne n’est venu chercher le disque, le propriétaire aurait fait une copie l’aurait donnée à l’avocat de l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, avant de remettre l’original au Federal Bureau of Investigation. Le New York Post affirme avoir obtenu une copie du disque dur par Rudy Giuliani.

De son côté, Facebook n’a pas empêché les utilisateurs de partager le lien vers l’article mais a déclaré qu’il en réduisait la portée en attendant une vérification des faits. Le porte-parole de Facebook, Andy Stone, a annoncé que finalement les faits avaient été vérifiés, quelques heures après la publication initiale de l’article le 14 octobre. Pourtant aujourd’hui vendredi 16 octobre, plus de 24 heures après sa première publication sur Facebook, les publications contenant le lien n’ont toujours pas d’étiquettes mentionnant qu’il est en cours de révision.

Andy Stone a expliqué : « la révision des faits dans ce cas précis fait partie de notre processus standard pour réduire la propagation de la désinformation. L’article sur les révélations de la famille Biden devait être vérifié. Nous nous sommes engagés à lutter contre l’ingérence étrangère, à accroître la transparence et à réduire la désinformation. Nous tiendrons bon ».