Près de 10 réseaux de fasses pages et de faux comptes ont été clôturés au cours du mois de septembre selon les déclarations de Facebook. Derrière chacun de ces réseaux, la volonté de faire passer des messages, de tromper les internautes et d’influencer les opinions. La plupart des pages et des comptes démasqués étaient liées à des actions politiques et beaucoup étaient pro-Trump.

Des centaines de faux comptes pro-Trump démantelés

Selon Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité chez Facebook : « les personnes qui se trouvent derrière ces faux comptes se sont coordonnées entre elles et ont fait des comptes et des pages Facebook l’élément central de leurs opérations pour tromper les internautes. Lorsque nous enquêtons sur de telles opérations, nous nous concentrons sur le comportement plutôt que sur le contenu lui-même. Nous ne cherchons pas à savoir qui est derrière ces opérations en premier lieu, ou du contenu qui est publié, nous cherchons l’action d’influence par le biais de fausses informations ».

Parmi les différents réseaux démantelés, l’un d’entre eux retient particulièrement notre attention. Ce dernier comprenait pas moins de 200 comptes Facebook, 55 pages Facebook et également 76 comptes sur Instagram. Les actions de ce réseau se concentraient sur un ciblage aux États-Unis, au Kenya et au Botswana. Dans ce cas précis, des images libres de droits étaient publiées pour faire passer des messages bien précis.

La plupart des actions étaient liées à des groupes politiques

Les sujets mis en avant par les faux comptes et les fausses pages étaient : la chasse aux trophées, les élections de mi-mandat en 2018, l’élection présidentielle de 2020, la pandémie de Covid-19 ou encore des critiques du parti démocrate et du candidat à la présidence Joe Biden. Évidemment le président Trump et son parti ont le droit à de éloges. Ce réseau avait tout de même dépensé 973 000 dollars (823 000 euros) en budget publicité sur Facebook et sur Instagram, pour appuyer un peu plus les messages et toucher plus de monde.

Quand Facebook a décidé d’enquêter pour comprendre qui se trouvait derrière ce fameux réseau et ces faux comptes, les agents du réseau social ont été stupéfaits. C’est une société américaine de marketing appelée Rally Forge, travaillant pour le compte de l’Inclusive Conservation Group et de l’organisation conservatrice Turning Point Action, qui se trouvait à la tête de ce réseau. Deux organisations pro-Trump, bien évidemment. À ce propos, Facebook s’est déjà préparé à l’éventualité que Trump conteste le résultat des élections présidentielles.

La plupart des actions détectées par Facebook le mois dernier étaient liées à des groupes politiques selon Nathaniel Gleicher. Quel que soit le pays : au Myanmar, en Russie, au Nigeria, aux Philippines en Azerbaïdjan, et vous l’aurez compris également aux États-Unis. Difficile de savoir exactement quelle est la portée de telles actions. Quoi qu’il en soit et malgré le travail méticuleux de Facebook, les fausses informations continuent d’être véhiculées à travers des faux comptes, et donc d’être vues par des millions de personnes. Cela a forcément un impact sur leur opinion.