Le 6 octobre, Donald Trump a partagé un message sur Twitter et sur Facebook prétendant que le virus du Covid-19 serait moins mortel que la grippe qui nous touche chaque année. Les deux réseaux sociaux n’ont pas tardé à réagir : en quelques heures, les publications du président américain étaient supprimées.

Trump prétend que la grippe serait plus dangereuse que le virus du Covid-19

Donald Trump a ressorti la petite musique que nous entendions au début de l’année 2020, avant de comprendre réellement l’impact de ce virus sur notre état de santé. En France, de nombreux médecins tenaient également ce discours comme quoi le coronavirus ne serait pas beaucoup plus dangereux qu’une simple grippe. Ce n’est qu’après avoir observé la propagation du virus et ses effets sur certains patients qu’ils ont changé d’avis. Vraisemblablement Donald Trump n’a pas compris la leçon.

Hospitalisé il y a quelques jours pour avoir été testé positif à la Covid-19, Donald Trump a souhaité rebondir sur les réseaux sociaux dès sa sortie en minimisant la gravité du virus. Le président américain a affirmé que « ce nouveau coronavirus est moins mortel qu’une grippe ordinaire ». Il a également précisé que : « l’Amérique a appris à vivre avec la grippe, tout comme nous apprenons à vivre avec le virus du Covid-19 qui est dans la plupart des populations beaucoup moins mortel ».

Trump, moteur de l’infodémie

Facebook et Twitter ont très vite supprimé ou masqué ces posts sur leur plateforme respective. Le réseau social de Mark Zuckerberg a également précisé que la publication de Donald Trump avait été supprimé pour avoir enfreint ses règles sur la désinformation concernant le virus du Covid-19. De son côté, Twitter n’a pas supprimé le tweet du président américain, mais a ajouté un « avertissement » et a limité les interactions avec le tweet. Notons au passage que pendant l’hospitalisation de Trump, Twitter a rappelé qu’il était interdit de souhaiter la mort de quelqu’un.

Le tweet du président Trump.

Capture d’écran : The Verge

À ce jour, nous ne connaissons pas le taux de mortalité exact du nouveau coronavirus, mais il existe des preuves substantielles qu’il est plus mortel que la grippe. Autre fake news présente dans le message de Donald Trump : le nombre de victimes de la grippe aux États-Unis. Le président américain a parlé de 100 000 morts chaque année alors que le nombre de décès réel se situe plutôt entre 24 000 et 62 000 ces dernières années. Parallèlement, depuis le mois de mars 2020, la pandémie de Covid-19 a tué plus de 210 000 américains.

Un message de plus qui confirme que Donald Trump est l’un des acteurs principaux de la désinformation et de l’infodémie à travers le monde. Aujourd’hui nous savons que cela a causé des centaines de décès à travers le monde. En août, une première étude montrait que 800 personnes sont décédées et 5 800 autres ont été hospitalisées à cause de fausses informations. Entre ses déclarations sur les effets du virus minimisés, le port du masque ridiculisé et les mesures de confinement qui ont tardé à arriver, Trump est largement responsable d’une grande partie de ce fiasco.