C’est officiel : Google a annoncé la fin de son service de réalité virtuelle (VR) sur Android. Une décision qui laisse planer le doute sur l’avenir de cette technologie sur mobile.

Pas compatible avec Android 11

C’est à travers une sobre mise à jour que la firme de Mountain View a dévoilé la nouvelle : « Le logiciel Daydream VR n’est plus pris en charge. Vous pouvez toujours accéder au service, mais il ne recevra plus de mises à jour de logiciels ou de sécurité ». Elle affirme également que Daydream ne fonctionnerait probablement pas sur les appareils tournant sur Android 11 (dont la sortie est prévue prochainement), tandis que « de nombreuses applications et expériences tierces de Daydream peuvent encore être disponibles en tant qu’applications autonomes dans la boutique Google Play ».

Dans la même catégorie

Daydream a été lancé en 2016, lors de la sortie du premier téléphone Pixel, avec un casque de réalité virtuelle baptisé Daydream View et une application. Cette technologie était alors en plein boom avec notamment la sortie du Samsung Gear VR, système pouvant se connecter à un smartphone du constructeur coréen. En seulement quatre ans, la VR est devenue davantage réservée à un public de niche, et il est parfois difficile de s’imaginer son avenir. L’investissement de Facebook dans ses casques Oculus prouve néanmoins que de nombreuses possibilités se présentent.

Une technologie difficile à développer sur smartphone

Interrogé par le média américain Forbes, un porte-parole de Google a dévoilé les raisons de l’abandon de Daydream par la firme, et cela est notamment lié à sa complémentarité avec les smartphones : « nous avons remarqué que certaines limites claires empêchaient la VR sur smartphone d’être une solution viable à long terme. Par exemple, demander aux gens de mettre leur téléphone dans un casque et de perdre l’accès aux applications qu’ils utilisent tout au long de la journée provoque d’immenses frictions ».

En effet, Google a décidé de privilégier la réalité augmentée (AR) avec le lancement d’ARCore en 2017, un kit de développement dédié à cette technologie mis au point pour venir concurrencer ARKit d’Apple. Le géant du Web a ainsi déclaré qu’en plus du service, son casque de réalité augmentée ne serait, lui non plus, plus disponible à la vente.

On se doute forcément que cela n’aura aucune conséquence néfaste pour Google, dont les revenus viennent surtout de services comme le Search et beaucoup moins du hardware.