Alors que les fréquences 5G auraient dues être mises aux enchères en mars dernier, crise sanitaire oblige, elles le seront ce 29 septembre 2020. Les fréquences 3,5 GHz seront donc vendues pour une durée de 15 ans aux quatre principaux opérateurs exerçant en France. Tous devront tirer leur épingle du jeu pour acquérir de la meilleure bande de fréquences.

Une étape importante pour les opérateurs

Les enjeux sont importants, aujourd’hui et comme le précise 01net, pour les principaux opérateurs téléphoniques opérants en France. Celui qui obtiendra le plus de spectre pourra proposer à ses abonnés la meilleure qualité de service et un important débit de réseau 5G. Il s’assurera au passage le gain de nouveaux abonnés attirés par la qualité du service.

Bouygues Telecom, Orange, SFR, et Free Mobile, vont ainsi être en mesure de compléter leur socle de départ de 50 MHZ. En effet, tous ont obtenu ce bloc pour la modique somme de 350 millions d’euros, plus tôt cette année. Ils auront désormais la liberté d’acquérir plus de fréquences dans la limite de 100 MHz chacun. Ce sont donc 11 blocs de 10 MHz qui sont dès à présent mis aux enchères. Il faudra tout de même être prêt à débourser beaucoup d’argent pour emporter un bloc destiné à la 5G puisque le prix de départ est fixé à 2,17 milliards d’euros.

La 5G, un tournant pour la France ?

Ces mots sont bien ceux du Président Emmanuel Macron, il avait précisé « La France va prendre le tournant de la 5G parce que c’est le tournant de l’innovation ». Ces propos sont cependant confrontés aux doutes de certains. Cela n’ai d’ailleurs pas aidé par le fait que l’ANSE ait du mal à évaluer les potentiels risques liés à la 5G.

Toujours est-il que cette mise aux enchères est un pas de plus vers l’arrivée de la 5G pour le grand public. Cela d’autant plus que des tests ont été observés sur le territoire français, plus tôt cette année et que des forfaits 5G restent prévus pour cette fin d’année.