C’était la semaine dernière, le mardi 22 septembre plus précisément. Mirakl, éditeur français de solutions de marketplace, bouclait un tour de table historique à 300 millions de dollars (258 millions d’euros). Au rayon des investisseurs, on trouve notamment Permira, 83North, Bain Capital Ventures, Elaia Partners et Felix Capital, le tout chapeauté par Perma Advisers. « Nous avons clôturé ce cycle en 43 jours », se confiait à TechCrunch Adrien Nussenbaum, co-fondateur et CEO de la branche amériaine. Mais le processus a été intense. « Permira Advisers a passé 250 appels à des clients, des prospects, des partenaires et d’anciens employés. »

Avec une valorisation désormais estimée à 1,5 milliards d’euros, Mirakl fait ainsi une entrée remarquée dans le cercle fermé des licornes européennes. Côté français, le Président s’est même réjoui de la nouvelle sur Twitter : « Bravo à toutes les équipes de Mirakl qui font rayonner la French Tech » a t’il Tweeté. Un président enthousiaste, alors que son objectif de 25 licornes à l’horizon 2025 décroche un pensionnaire supplémentaire.

Mirakl, le spécialiste français des places de marchés

Fondée en 2011, Mirakl a rapidement saisi tout le potentiel des places de marché (marketplace en anglais). L’économie mondiale basculant vers une économie de plateforme, la start-up française a su s’aligner sur ce créneau très rapidement. Spécialiste de l’e-commerce, Mirakl surfe sur la vague d’une tendance qui a vu l’explosion d’Amazon cette dernière décennie. Et plus particulièrement cette année 2020, au cours de laquelle les modes de consommations traditionnels ont été challengés par les conséquences de la pandémie de Covid-19. Ainsi, l’on a vu la façon dont les consommateurs achètent leurs produits évoluer vers du commerce en ligne. Premier bénéficiaire, la firme de Jeff Bezos. A la cloture du second trimestre 2020, et ce malgré des tempêtes sociales et sanitaires, Amazon avait doublé son profit par rapport à l’année dernière. Des bénéfices records largement attribuables à son modèle de plateforme e-commerce. Néanmoins, Mirakl s’est vue impliquée aux côtés de la DGE pour lancer stopcovid19.fr.

Depuis bientôt 10 ans, Mirakl a de son côté développé de nombreuses places de marché pour des grands noms de l’industrie française. En mars dernier, c’est le groupe La Poste qui dévoilait sa marketplace développée par Mirakl. Elle propose ainsi un espace en ligne dédié à l’expédition de courrier et de colis. Trois mois plus tard, au mois de juin, c’était au tour de Carrefour de lancer sa propre marketplace, elle aussi construite en collaboration avec la licorne française. « Grâce à cette place de marché en ligne, Carrefour favorise ainsi l’accès à une offre complémentaire tout en permettant à des vendeurs partenaires de proposer leur catalogue sur son site » expliquait le groupe sur son site. Sa place de marché lui permet d’ajouter près de 100 000 références à son propre catalogue, en provenance d’une centaine de vendeurs différents.

60% du marché de Mirakl sont des plateformes orientées vers les consommateurs, mais le français compte de plus en plus de plateformes B2B. « Nous avons développé de nombreuses fonctionnalités qui permettent des modèles commerciaux de plateforme qui vont plus loin que de simples places de marché », se confie Philippe Corrot, co-fondateur et CEO. « Par exemple, nous avons investi dans les services – cela permet à nos clients de développer des plateformes de services pures ».

Une extension de gamme qui augure d’une croissance exponentielle. Au cours du premier semestre 2020, les plateformes estampillées Mirakl ont généré 1,2 milliard de dollars en volume brut de marchandises, un bond de 110% par rapport à l’année dernière.

Une vague de recrutement à venir pour soutenir la croissance à l’international

Pour soutenir la croissance à venir, la licorne française ambitionne de recruter 1000 postes dans les trois prochaines annéees, dont 300 ingénieurs sur le sol français. Si les derniers mois ont marqué une accélération particulièrement forte à l’étranger, l’entreprise a la volonté de garder la maison-mère dans l’Hexagone. « Nous sommes une entreprise française avec un produit fait en France », comme l’indiquait Philippe Corrot. Mirakl porte toutefois son regard au-delà des frontières, avec des ambitions localisées en Asie, aux Etats-Unis et en Amérique Latine. Tout comme Amazon, la start-up se rémunère avec une commission sur les ventes.

En plus des deux porte-étendard français La Poste et Carrefour, Mirakl revendique plus de 300 clients, et plus de 40 000 marchands enregistrés sur ses plateformes. Parmi les autres références notables, on trouve Darty, Go Sport et Conforama, ainsi que Toyota, la branche canadienne du distributeur de produits électroniques et informatiques Best Buy, ou la chaîne américaine de supermarchés Kroger.

Et le CEO de la toute nouvelle licorne française de conclure : « Mirakl a créé un nouveau secteur totalement révolutionnaire basé sur le modèle de plateforme et qui aujourd’hui n’en est qu’à ses débuts. Les opportunités de croissance que représente ce modèle sont quasiment sans limite et ceci est valable pour l’ensemble des secteurs, à la fois B2C et B2B ».