L’UFC-Que choisir a annoncé le 22 septembre porter plainte contre Nintendo pour obsolescence programmée. Comme le rapporte Le Monde, l’association de défense des droits des consommateurs accuse l’entreprise japonaise de vendre des manettes « qui ont vocation à tomber en panne avant la fin de la première année d’utilisation ».

Une plainte déposée pour obsolescence programmée

Depuis quelques mois en France, de nombreux clients ont commencé à protester contre Nintendo. Ils estiment que l’entreprise fait en sorte que ces manettes tombent rapidement en panne. Il est donc question d’obsolescence programmée. Une excellente raison d’alerter l’association UFC-Que choisir. L’association a porté plainte le 22 septembre contre Nintendo auprès du procureur de la République de Nanterre. Les manettes Switch seraient défectueuses au bout de quelques mois seulement…

En réalité, les plaintes remontent même à plusieurs années. Des utilisateurs s’étaient déjà plaints de dysfonctionnements. Il était souvent question du dérèglement du joystick directionnel après seulement quelques mois d’usage. L’UFC -Que choisir avait déjà sommé Nintendo de réagir face à ce problème d’obsolescence programmée en 2019. Une première étape justement pour éviter de devoir porter plainte. Depuis, rien n’a changé. L’association de défense des droits des consommateurs décide de passer à l’action.

Dans la même catégorie

L’UFC-Que choisir a mené l’enquête

Après avoir battu des records de vente pendant le confinement, Nintendo se retrouve face à un problème de taille. Le remplacement des manettes est facturé 45 euros. C’est cher payé pour un produit défectueux en très peu de temps. Selon l’association, 5 000 témoignages ont été récoltés en à peine 48 heures. Selon les experts de l’UFC-Que choisir : « l’entreprise japonaise Nintendo était informée de ce dysfonctionnement mais le géant nippon a choisi de ne pas intervenir sur les composants sujets à cette panne ».

Deux causes pourraient être à l’origine du problème : « une usure prématurée des circuits imprimés ou un défaut d’étanchéité qui entraîne une quantité inquiétante de débris et poussières au sein du joystick ». Dans les deux cas, l’UFC-Que choisir pointe du doigt l’obsolescence programmée et le caractère volontaire de « provoquer une panne ». Le gouvernement français prépare justement une feuille de route sur le sujet.

Selon le rapport de l’association, 65% des utilisateurs concernés par cette panne l’ont constaté moins d’un an après leur achat. L’âge ou le profil du joueur ne fait pas varier le problème. C’est bien la preuve qu’il s’agit d’un problème universel qui n’est pas lié à une utilisation particulière de la manette. Nintendo n’a pas souhaité répondre à ces accusations pour le moment.