Le marché de la livraison par drone compte un nouvel acteur, et non des moindres. Il s’agit de Walmart : poids lourd historique de la grande distribution. L’entreprise vient en effet d’annoncer le lancement d’un projet pilote de livraison par drone à Fayetville, en Caroline du Nord. Celui-ci « se concentre sur la livraison de certains produits d’épicerie et d’articles ménagers essentiels des magasins Walmart », comme le précise le communiqué sorti le mercredi 9 septembre.

Walmart utilisera les drones de Flytrex, approuvés par la FAA l’année dernière

Pour ce projet pilote, Walmart s’appuiera sur la technologie de Flytrex, société israélienne fondée en 2013, spécialisée dans les drones à destination des retailers et acteurs de la distribution. Les drones sont commandés via le cloud à l’aide d’un tableau de bord de contrôle simple et intelligent, et devra « permettre d’obtenir des informations précieuses sur l’expérience du client et de l’associé, depuis le prélèvement et l’emballage jusqu’au décollage et à la livraison », comme indiqué dans le communiqué.

Côté spécifications, les drones de Flytrex affichent une pointe de vitesse à environ 100km/h (32 mph) et peuvent parcourir une distance d’environ 10 km aller-retour (6,2 miles). Niveau poids, ils peuvent transporter des colis jusqu’à 2,7 kg (soit « 6 à 8 hamburgers » d’après le site web de Flytrex). Les drones de la société israélienne avaient déjà reçu l’année dernière l’approbation de la Federal Aviation Administration (FAA) pour tester des livraisons alimentaires en Caroline du Nord. D’ailleurs, l’administration américaine accélère et allège peu à peu ses règles afin de favoriser le développement de ce mode de livraison.

Walmart franchit donc une étape importante dans son positionnement sur le marché de la livraison par drone. Le géant de la grande distribution avait commencé à sonder le terrain en 2015, utilisant à l’époque des drones lors d’inventaires dans ses entrepôts. Une première autorisation avait d’ailleurs été déposée auprès de la FAA à cette date là. Des années de travail en antichambre, le temps que la perception des autorités publiques ouvre les portes à des autorisations commerciales et des vols hors champ de vision.

La livraison par drone, un marché qui attire les convoitises

Justement, après des années à temporiser les ardeurs d’acteurs pas en reste sur le lobbying, la livraison par drone commence à faire ses gammes. Les autorisations se multiplient, et c’est tout sauf une surprise de voir Walmart entrer dans la danse, quelques semaines après que son grand rival Amazon ait lui-même reçu son autorisation de la FAA pour déployer ses drones de livraison. Amazon Prime Air va s’installer dans le ciel, aux côtés d’autres acteurs ayant eux-aussi reçu leur laisser-passer.

En décembre 2018, c’est Alphabet, par l’intermédiaire de sa start-up Wing, qui recevait l’approbation de la FAA pour opérer des essais en Finlande. En octobre 2019, c’était au tour du leader américain de la livraison de courrier UPS d’obtenir le sésame de la FAA. Plus récemment, UPS annonçait en avril dernier un partenariat avec CVS pour livrer des médicaments à une communauté de retraités en Floride.

Dans un contexte pandémique qui a gelé les mouvements, le marché de la livraison a explosé. Les restrictions limitant les possibilités de se rendre en magasin, le secteur du e-commerce a vu ses chiffres prendre une ampleur sans précédent ces 6 derniers mois. La livraison par drone est un composant encore embryonnaire, mais il a tout pour occuper une place prépondérante dans les années à venir. 43 milliards d’euros, c’est l’estimation du marché de la livraison par drone à l’horizon 2023.

Walmart et Amazon, le bras de fer continue

Walmart l’a bien compris et anticipé. Sa présence sur le territoire américain est perçue comme un facteur clé de succès dans la conquête du marché de la livraison par drone. « Les drones ont beaucoup de potentiel pour connecter davantage notre vaste réseau de magasins, de centres de distribution, de centres de traitement des commandes et de flotte de transport », déclarait le porte-parole de Walmart Dan Toporek à Reuters. « Il y a un Walmart à moins de 8km de 70% de la population américaine, ce qui crée des possibilités uniques et intéressantes pour servir les clients avec des drones ».

Voilà en tout cas un terrain d’affrontement supplémentaire entre Amazon et Walmart. Il vient notamment s’ajouter à la concurrence féroce que les deux se livrent sur le marché alimentaire. Si Walmart pensait avoir chasse gardée sur ce marché qu’elle domine historiquement, elle a du faire de la place aux technologies d’Amazon Go, au rachat de Whole Foods par la société de Jeff Bezos, et à la toute récente ouverture des enseignes Amazon Fresh. Preuve que les deux entreprises se répondent coup pour coup, Walmart vient d’annoncer le lancement de son propre service de livraison par abonnement, Walmart+, concurrent direct d’Amazon Prime pour un prix plus abordable. Le service sera effectif à compter du 15 septembre, pour un prix de 12,98$ par mois (soit 98$ à l’année contre 119$ pour Amazon prime).