Si les deux dernières années ont vu la hype grandir autour des outils no code, des solutions comme IFTTT existent depuis 10 ans et permettent, en reliant des services, d’automatiser des tâches sur la base d’une action préalable. Ces “applets” fonctionnent ainsi : si je suis par exemple cité sur Twitter et que mon compte mentionné, alors je reçois un sms.

Centré à l’origine sur les connexions entre services web populaires, IFTTT s’est vite enrichi en connectant les applications à l’exemple d’Uber ou Domino’s mais également les appareils enrichissant par exemple les usages dans la domotique et le secteur de la maison intelligente.

« Aujourd’hui est le jour où IF This Then That devient officiellement If This Then That and That or whatever else you can dream up – Linden Tibbets, fondateur et CEO d’IFTTT.

Dans une vidéo publiée sur Youtube et sur l’onglet explore de son site, IFTTT par le biais de son CEO et fondateur, annonce la sortie d’un abonnement payant pour les utilisateurs de la plateforme.

Pour 9,99$ par mois, les abonnés pourront accéder à un service enrichie et qui évoluera en fonction des retours des utilisateurs. La société permettra toutefois à ces abonnés de fixer le montant de leur souscription mensuelle pour la première année d’abonnement avec un prix minimum de 1,99$, possibilité qui expirera le 7 octobre. Cette nouvelle source de revenus devrait servir à à créer plus de fonctionnalités et à améliorer l’interface pour les souscripteurs payants.

Les utilisateurs gratuits d’IFTTT verront leurs possibilités réduites et les dents commencent déjà à grincer

À l’origine, la plateforme était gratuite et les utilisateurs d’IFTTT pouvaient créer autant d’applets qu’ils le souhaitaient même s’ils étaient limités à un seul déclencheur. Le service restera gratuit, mais sera dorénavant circonscrit à 3 applets pour les utilisateurs qui ne passent pas à l’abonnement payant. Forcément, les réactions sont très mitigés, comme en témoigne le nombre de dislikes sur la vidéo d’annonce sur YouTube. Habitué à utiliser le service gratuitement, un certain nombre d’utilisateurs se plaint de la restriction pour les abonnés gratuits.