6,6 milliards de dollars, c’est le montant astronomique du contrat signé entre Samsung et Verizon, le 4 septembre, pour la fourniture d'équipement 5G. Une victoire au détriment de Huawei, poussé hors du marché américain, mais aussi de Nokia et Ericsson qui lorgne sur la place laissée vacante par l’entreprise chinoise.

Les investissements de Samsung dans la 5G portent enfin leurs fruits

C’est une belle victoire pour Samsung. L’entreprise sud-coréenne a annoncé le 7 septembre avoir signé un contrat de 6,6 milliards avec Verizon qui court jusqu’à 2025. Elle fournira à l’entreprise de télécommunication américaine principalement de l’infrastructure 5G, mais aussi des services de ventes, d’installations et de maintenance des équipements réseau. Dans un communiqué l’entreprise a déclaré qu'avec « ce dernier contrat stratégique à long terme, nous allons continuer à repousser les limites de l'innovation 5G pour améliorer l'expérience mobile des clients de Verizon ».

La collaboration entre Samsung et Verizon n’est pas nouvelle. Dès 2018 les deux entreprises s’étaient associés pour tester l’internet domestique 5G. Samsung fournit par ailleurs des équipements 4G LTE à l’entreprise américaine. Il est pourtant classique qu’une entreprise de télécommunication telle que Verizon travaille avec plusieurs fournisseurs.

Cette victoire vient récompenser les efforts de Samsung pour se faire une place sur le marché de la 5G. En 2018 l’entreprise avait investi 22 milliards de dollars en affichant ses ambitions, représenter 20% du marché 5G. Selon les chiffres du cabinet Dell’Oro Group elle s’en rapproche avec 13% du marché sur la vente de réseau 5G, ce qui la place 4e au niveau mondial derrière Nokia, Ericsson, et Huawei.

Graphique les 4 leaders marché 5G

Chiffre du cabinet Dell'Oro Group

Le conglomérat coréen a su profiter de la volonté des États-Unis d’exclure Huawei de leur marché 5G et de ceux de leurs alliés, comme le Canada. Rien que sur le marché américain, il a investi 30 milliards de dollars ces dernières années.

Les entreprises européennes moins à l’aise que prévu sur le marché américain

Il n’y a pas que Huawei, de toute façon déjà exclue de l’appel d’offres de Verizon, qui subit un revers. Nokia, en course pour équiper le réseau 5G de Verizon, prend une sacrée claque. Lundi 7 septembre, à la bourse d’Helsinki, l’action de l’entreprise finlandaise a perdu 2,5% de valeur.

De façon indirecte le signal est mauvais pour Nokia et l’autre entreprise européenne 5G, Ericsson. Les deux espéraient récupérer le juteux marché américain sans craindre la concurrence du leader mondial Huawei. Avec ce contrat, Samsung gagne en crédibilité sur le marché américain où l’entreprise sud-coréenne pourrait bien finir par supplanter Nokia.