L’authenticité des avis… Un sujet régulièrement abordé chez Amazon, mais autour duquel il persiste un flou systématique. La Federal Trade Commission a déjà sanctionné un vendeur présent sur la plateforme du géant américain sur cette question dans le courant de l’année 2019. Aujourd’hui une enquête révèle que les faux avis seraient extrêmement nombreux sur Amazon et qu’il serait de plus en plus difficile de les repérer.

De plus en plus d’avis frauduleux sur Amazon ?

Les produits présents sur Amazon comportent généralement des centaines voire même des milliers d’avis qui permettent aux acheteurs de se faire une idée plus ou moins précise de ce qu’ils s’apprêtent à acheter. Les avis sont un bon indicateur pour savoir si un produit correspond à vos attentes. Du moins c’est le cas quand ils sont authentiques, ce qui n’est pas toujours le cas (loin de là) sur Amazon ou sur d’autres plateformes web. La nouvelle enquête de SSRN laisse entrevoir l’idée que ces avis ne seraient pas fiables.

Selon le rapport publié par CNBC, des milliers de faux avis auraient inondé Amazon, mais pas que. D’autres grandes plateformes web comme Walmart, eBay et bien d’autres, seraient concernées. Ce phénomène n’a pas empêché les ventes d’exploser, bien au contraire. Des groupes Facebook ont été identifiés dans lesquels des acteurs sollicitent des avis positifs ou des avis négatifs pour faire du tort à la concurrence.

Un business s’organise autour de cette pratique

Selon une autre étude de UCLA et USC, plus de 20 groupes Facebook avec une moyenne de 16 000 membres agissaient dans ce sens rien qu’aux États-Unis. La faute n’est pas forcément du côté d’Amazon puisque ce sont les vendeurs qui sont en première ligne dans ce « combat » des avis. En général, ils proposent une réduction de six dollars en moyenne pour un avis positif. Un vrai pôle de dépense dans le budget des vendeurs concernés. En ce moment, les répercussions sont d’autant plus graves que le e-commerce explose en raison de la pandémie de Covid-19 que nous traversons.

L’étude de SSRN montre qu’au cours des derniers mois, les faux avis ont fait augmenter les ventes de produits « scrupuleux » et diminuer les ventes des vendeurs « légitimes ». De grandes marques ont par conséquent décidé de rompre leurs contrats avec Amazon. Selon le géant du web, « de puissants outils de machine learning et des modérateurs qualifiés analysent plus de 10 millions d’avis chaque semaine, afin de mettre un terme aux avis abusifs avant même qu’ils ne soient publiés ».

Que se passe-t-il quand les modérateurs eux-mêmes sont corrompus ? C’est le problème auquel Amazon est confronté. L’année dernière, le Washington Post indiquait que plus de 60% des avis laissés en dessous des produits high-tech d’Amazon étaient faux. Devant cette situation, Amazon a tout intérêt à réagir rapidement.